• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse, nouvelle place forte de l'intelligence artificielle

4 secteurs d’application stratégiques sont déjà ciblés pour l'institut toulousain : la mobilité et les transports, l’environnement, la santé, et la robotique pour l’industrie du futur. / © Max PPP
4 secteurs d’application stratégiques sont déjà ciblés pour l'institut toulousain : la mobilité et les transports, l’environnement, la santé, et la robotique pour l’industrie du futur. / © Max PPP

Le projet ANITI porté par l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées vient d'être labellisé officiellement pour 4 ans en tant qu'"Institut Interdisciplinaire en Intelligence Artificielle" aux côtés de trois autres projets de Paris (La Prairie), Grenoble et Nice. 

Par Sylvain Duchampt

"C'est une décision importante. Elle fait de Toulouse une place forte de l'intelligence artificielle." Le président de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, Philippe Raimbault ne cache pas sa grande satisfaction. 
 

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation l'a annoncé le 24 avril. Le projet ANITI (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute) porté par l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées vient d'être labellisé pour 4 ans en tant qu'Institut Interdisciplinaire en Intelligence Artificielle (3IA) aux côtés des projets de Paris (La Prairie), Grenoble et Nice.
 

Le projet rassemble plus de 200 chercheurs issus des universités, écoles d’ingénieurs et organismes de recherche scientifique et technologique de Toulouse et sa région, et d’une trentaine d’entreprises.

L’enjeu est de faire de Toulouse un des leaders mondiaux de l’intelligence artificielle en recherche, formation, innovation et développement économique.

Un effet d'accélération

"Cette labellisation va nous permettre d'obtenir des dotations d'Etat, académique et industrielles de près de 60 millions d'euros, détaille Philippe Raimbault mais ce montant pourrait rapidement atteindre les 100 millions d'euros avec l'aide de la Région Occitanie ou encore celle de la Métropole. Le montant n'est peut-être pas aussi important qu'en Chine et au Canada dans ce domaine mais cet apport est très significatif et va voir un effet d'accélération."
 

Cet argent va irriguer la recherche dans 4 secteurs d’application stratégiques déjà ciblés, la mobilité et les transports, l’environnement, la santé, et la robotique pour l’industrie du futur. Ce programme s’appuiera sur des chaires incluant un soutien important en terme de doctorants et post-doctorants et d’ingénieurs mis à disposition par les partenaires industriels.

Une trentaine de laboratoires

"Les mathématiques et l'informatique sont la base de l'intelligence artificielle. Ces matières seront bien entendu au coeur de ce projet. Mais une trentaine d'autres laboratoires dans le domaine du droit, de la sociologie, de la philosophie participeront pour prendre pleinement en compte les enjeux éthiques de l'IA" précise le président de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

Le nombre d'étudiants travaillant sur l'intelligence artificielle, de Bac +3 à Bac +8, sera doublé comme la formation continue au sein des entreprises pour assurer pleinement ce virage.

Lier recherche et industrie

Car l'une des objectifs sera de transférer, dans le laps de temps le moins important possible,  les découvertes de la recherche dans le monde industriel.

L'institut interdisciplinaire d'intelligence artificielle sera concrètement lancé à la rentrée de septembre prochain. 
 

Sur le même sujet

Montpellier Danse : où va la danse contemporaine aujourd'hui ?

Les + Lus