Toulouse : place aux femmes dans les nouveaux noms de rue

Place aux femmes dans les rues de Toulouse. Tous les ans, de nouveaux espaces urbains doivent être baptisés. Pour la première fois, les noms féminins sont majoritaires. Une avancée très relative : 5% des rues toulousaines portent un nom ou un prénom féminin. Bref, on est très loin de la parité !

La ville Rose, ce n’est pas seulement la place du Capitole et les rues du vieux Toulouse. La quatrième métropole de France grandit à une vitesse soutenue. De nouveaux quartiers sortent de terre et, chaque année, 50 à 80 nouvelles rues, places ou rond-point sont créés.

Des quartiers entiers ont vu le jour comme la Cartoucherie ou Montaudran. Évidemment, il faut donner un nom à ces nouveaux espaces urbains.

On féminise les noms des rues... et avenues

Lors du dernier conseil municipal, les derniers « baptêmes » se caractérisent par une vraie féminisation des rues toulousaines. Vers la route de Labège, les habitants d’un récent ensemble immobilier recevront leur courrier avec le nom de la résistante Simone Noirot dessus. A quelques pâtés de maisons, toujours dans la même zone géographique, c’est le patronyme d’une cantatrice de Toulouse, Géori Boué, qui va figurer sur la plaque indiquant la rue.

Au total, 60% des nouvelles adresses toulousaines se déclinent au féminin. La féminisation des espaces publics est une tendance déjà ancienne. Depuis plusieurs années, le comité consultatif en charge de la dénomination des voies applique la parité.
Composé d’élus de la majorité et de l’opposition mais aussi d’un représentant de La Poste ou de responsables d’associations d’anciens combattants, le comité veille à redonner une place et une visibilité à des personnalités féminines. Il faut dire qu’il y a du travail.

5% d'adresses féminines seulement à Toulouse

Moins d’une rue sur vingt porte le nom d’une femme. Lors des élections municipales de 2020, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, s’est engagé à « améliorer la place des femmes dans l’espace public ». Une des mesures avancées passait par plus de prénoms et de noms de femmes, célèbres ou non, dans la dénomination des rues.

Il n’en reste pas moins que 95% des adresses toulousaines sont masculines (Jean Jaurès, Saint Étienne), se réfèrent à l’histoire du quartier (les « entoileuses » à Montaudran) ou sont carrément insolite (rue de la Verge d’Or ou chemin de Lanusse).

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité