• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : 15.000 manifestants dans la rue pour défendre la Fonction Publique

Dans le cortège toulousain / © Pascal Pavani/AFP
Dans le cortège toulousain / © Pascal Pavani/AFP

Des soignants aux enseignants, des ministères aux collectivités, environ 15.000 agents du service public en grève ont manifesté mardi après-midi dans les rues de Toulouse pour protester contre des mesures "inacceptables" du gouvernement, à l'appel de tous leurs syndicats.

Par VA.

15.000 manifestants à Toulouse contre les "attaques" du gouvernement
reportage Michel Pech/Olivier Denoun

C'est une première depuis 10 ans. Tous les syndicats de la Fonction Publique avaient appelé à faire la grève et à manifester.

A Toulouse, environ 15.000 personnes sont descendues dans la rue.
Les lycéens en tête de la manifestation des agents de la Fonction Publique / © Michel Pech/france 3 Occitanie
Les lycéens en tête de la manifestation des agents de la Fonction Publique / © Michel Pech/france 3 Occitanie

Derrière une tête de cortège composée de 3 à 400 lycéens, la manifestation proprement dite de la Fonction Publique. Environ 15.000 manifestants, soignants ou enseignants, agents des ministères ou des collectivités, tous sont venus pour protester contre des mesures "inacceptables" du gouvernement, à l'appel de l'Intersyndicale de la Fonction Publique.
Pour la première fois depuis 10 ans, tous les syndicats de la Fonction Publique avaient appelé à la mobilisation, comme ici à Toulouse / © Michel Pech/France 3 Occitanie
Pour la première fois depuis 10 ans, tous les syndicats de la Fonction Publique avaient appelé à la mobilisation, comme ici à Toulouse / © Michel Pech/France 3 Occitanie

Les manifestants dénoncent la suppression de 120.000 postes d'ici à la fin du quinquennat, le gel des rémunérations, le rétablissement du jour de carence, ou encore laremise en cause de leur statut...

Les neuf fédérations syndicales de la fonction publique (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC et FA) avaient appelé à une journée de grève et de manifestations dans les trois versants de la fonction publique (Etat, hospitalière, territoriale) pour exprimer leur "profond désaccord" avec le gouvernement.

Cette grève se traduisait un peu partout par des fermetures de crèches, d'établissements scolaires -- où le service minimum, prévu par la loi, n'est pas toujours assuré -- et de nombreux services publics.

Le ministère de l'Education nationale annonçait 17,5% de grévistes chez les enseignants, plus nombreux dans le primaire (20%) que dans le second degré (16%), tandis que la FSU évoquait 50% de grévistes dans le primaire.

Dans le ciel, près de 40 % des vols ont été annulés à l'aéroport de Toulouse-Blagnac en raison de la grève des agents de l'Aviation civile, qui emploie majoritairement des fonctionnaires. En revanche il n'y avait pas de perturbations à la SNCF.

Fait inédit depuis 2009, une dizaine de syndicats de praticiens hospitaliers (médecins, pharmaciens, dentistes) se sont joints à l'appel du secteur hospitalier (infirmiers, aides-soignants). Des appels à la mobilisation "solidaire" ont aussi été lancés dans le privé (banque, chimie, agroalimentaire ou commerce).

Plus de 800 manifestants s'étaient déjà mobilisés dans la matinée dans les rues de Foix et 500 à Saint Gaudens D'autres manifestations ont eu lieu dans l'après-midi dans l'ex-région Midi-Pyrénées, notamment à Albi (près de 3000 personnes) et à Tarbes ou encore à Figeac (550 à 800 personnes) ou à Cahors (400 à 600 personnes) et Rodez (1500 manifestants).

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus