Toulouse : TBS teste une appli “maison” pour favoriser la sécurité de ses étudiants

Les étudiants peuvent faire du co-voiturage ensemble mais aussi lancer l'alerte en cas de problème. / © Grégoire Alcalay - France 3 Occitanie
Les étudiants peuvent faire du co-voiturage ensemble mais aussi lancer l'alerte en cas de problème. / © Grégoire Alcalay - France 3 Occitanie

La direction de la Toulouse Business School (TBS) adopte l'appli qu'elle vient d'acheter à deux de ses anciens étudiants. Objectif : sécuriser ses détenteurs et leur permettre de réagir en cas d'agression.   

Par Christine Ravier

L'école de commerce TBS (Toulouse Business School) a choisi d'élargir son offre d'appli mobile MyTBS en se dotant d'une fonctionnalité qui favorise la sécurité de ses étudiants à l’intérieur et en dehors du campus. Elle a été créée par Jules Campion et Alexandre de Cozals, deux jeunes diplômés de son Bachelor filière innovation management.

L’application Bigsis Pro pour "big sister" (grande soeur) "a été conçue pour prévenir les situations de harcèlement de rue, trouver refuge en cas de détresse et lancer une alerte lorsqu’un étudiant est témoin ou victime d’une agression".

Lancer l'alerte en 1 clic


L’application propose de partager ses trajets à pied ou en voiture avec d’autres étudiants de l’école. Elle permet d'identifier rapidement des lieux sécurisés en ville ( établissements partenaires géolocalisés comme des bars ou des commerces qui offrent leur assistance aux étudiants en situation de danger).
 
L'un des points forts de l'appli : repérer la nuit par exemple, des lieux où se trouver en sécurité. / © Grégoire Alcalay - France 3 Occitanie
L'un des points forts de l'appli : repérer la nuit par exemple, des lieux où se trouver en sécurité. / © Grégoire Alcalay - France 3 Occitanie


Elle permet aussi de lancer une alerte ou d’appeler les secours lors des soirées étudiantes. Elle devrait être déployée dans une dizaine d’établissements d’ici la rentrée de septembre 2020.

Pour acquérir l'application, les écoles doivent débourser 1€ par étudiant. L'utilisation est ensuite gratuite pour tous. En vidéo, le reportage de Grégoire Alcalay et Quentin Monaton.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus