• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : témoin de violences conjugales, elle diffuse la vidéo terrifiante des cris de sa voisine

Capture d'écran de la vidéo / © Sofia OIO / Twitter
Capture d'écran de la vidéo / © Sofia OIO / Twitter

Une Toulousaine a enregistré et diffusé sur Twitter les cris de sa voisine victime de coups pour dénoncer l'inaction de la police. Elle a obtenu l'intervention de la préfecture de la Haute-Garonne. 

Par Fabrice Valery

Outrée par l'inaction de la police, cette habitante de l'immeuble a décidé d'employer les grands moyens. Samedi matin, le compte Twitter Sofia OIO, tenu par une Toulousaine féministe, a diffusé la vidéo filmée dans l'escalier de son immeuble à Toulouse. On y entend les cris de sa voisine, frappée par son mari. 

L'auteure de la vidéo y interpelle la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Chiappa, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner mais aussi le préfet de la région Occitanie et le maire de Toulouse. 

Dans son post, elle indiquait que la police, alertée par les voisins, s'était rendue sur place mais n'avait procédé qu'à un contrôle d'identité. 

Son tweet a été partagé plusieurs milliers de fois.

Dans l'après-midi, le compte Twitter du préfet de région a répondu à l'alerte en indiquant que l'affaire était "en cours de traitement". 

Selon l'auteur de la vidéo, la femme victime de violences a refusé de porter plainte. Mais la ville de Toulouse serait intervenue pour lui proposer un logement d'urgence. 

"Sans mes tweets et tous les soutiens en réseaux, la police ne serait pas réintervenue" précise Sofia qui indique qu'elle va saisir le procureur de la République.

Une équipe de France 3 a rencontré Sofia ce dimanche. Elle explique qu'elle ne savait pas quoi faire d'autre qu'utiliser les réseaux sociaux pour venir en aide à la victime : "j'ai tweeté. je n'avais aucune ressource, je ne savais pas quoi faire d'autre. Je ne savais pas qui alerter". Laurent Lesgourgues, conseiller municipal de Toulouse également rencontré ce dimanche voit dans cette utilisation des réseaux sociaux un moyen de "rompre le silence" dans lequel sont enfermées les victimes.
Voyez le reportage de Marc Raturat et Christian Bestard :


Début janvier, une femme de 29 ans avait été tué par son compagnon à Toulouse, à coups de couteau. Un féminicide qui avait beaucoup fait réagir. 

Sur le même sujet

Lagune de Thau : les huîtres n'étaient pas contaminées à la salmonelle

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer