• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : “un apéro qui fait pas mal aux fesses” sur les bornes anti-assises de la place Arnaud Bernard

En réponse à l'installation de bornes "anti-assises" place Arnaud Bernard, le groupe de réflexion Casa Nova, politiquement à gauche, a créé sur Facebook un événement incongru. Il s'agit d'un "apéro qui fait pas mal aux fesses"... 

Par Anissa Harraou

Sur Facebook, le groupe de réflexion Toulousain, estampillé de gauche, Casa Nova, a eu une idée insolite : créer un événement et convier qui veut à "Un apéro qui fait pas mal aux fesses" sur la place Arnaud Bernard.

Vous ne comprenez pas l'initiative ?  Vendredi 25 mars, la mairie de Toulouse a installé des croix en métal sur les bornes urbaines de la place Arnaud Bernard pour éviter que les passants puissent s'asseoir. Ces croix en métal sont directement soudées sur les bornes. À la demande de certians riverains fatigués, la mairie de Toulouse a installé ce système pour tenter d'éradiquer ou au moins d'éloigner le commerce illicite, le petit banditisme ou encore les violences verbales envers les femmes. 

Selon les représentants du comité de quartier, ce système suit une logique "purement sécuritaire qui ne fait que déplacer le problème des stagnations de personnes et du commerce illicite".

Avec une pointe de cynisme, le groupe convie donc, samedi 9 avril à 11h30, tous ceux qui le souhaitent à un apéro... qui fait pas mal aux fesses, sur la place Arnaud Bernard. 

Les organisateurs invitent les Toulousains à venir s'asseoir sur les bornes "anti-assises" et à apporter des petits coussins ou des pots de fleurs pour les décorer. 

Par la création de cet événement, Casa Nova Toulouse-Métropole accuse la mairie de vouloir aseptiser la ville. Mais le groupe refuse de céder à la colère et préfère répondre par l'humour. 

Un ultime bastion de couleur et de vie semble résister encore et toujours à l'envahisseur bétonné."


L'idée de Casa Nova Toulouse-Métropole est aussi de défier la mairie : "Indigné-e-s par cette insoutenable situation (mais un peu amusé-e-s quand même parce qu'envoyer les flics pour déloger un pot de fleurs, ça force au second degré), que nous avons envie de nous retrouver dans la joie et la bonne humeur pour reprendre le flambeau de ce robin des bois urbain."

Pour l'instant, l'événement Facebook compte 25 participants... Encore faut-il qu'il ait assez de bornes pour tout le monde. 

Sur le même sujet

Sensibilisation à la sécurité routière à Nîmes

Les + Lus