Trois nouveaux concepts d’avion à hydrogène dévoilés par Airbus

L’avionneur européen a présenté ce lundi 21 septembre trois concepts d’avion commercial zéro émission. La mise en service serait prévue à l’horizon 2035.

Un concept d’aéronef à fuselage intégré ZEROe d'Airbus
Un concept d’aéronef à fuselage intégré ZEROe d'Airbus © Airbus
Et si l’avenir de l’aviation commerciale s’orientait vers les vols décarbonés et à zéro émission ?
C’est le projet qu'a présenté Airbus ce lundi 21 septembre en dévoilant trois nouveaux concepts d’avion.
Un objectif ambitieux pour l'industriel qui travaille actuellement sur la recherche des nouvelles technologies. Celles qui permettront d'ici à 2035 de faire voler un avion grace à l'hydrogène liquide.

Moment historique

Airbus souhaite être le premier avionneur à utiliser l'énergie hydrogène pour faire voler ses aéronefs.
Dans une déclaration au journal Le Parisien, Guillaume Faury, CEO d’Airbus, qualifie cette transition écologique de « moment historique pour l’ensemble du secteur de l’aviation commerciale », et entend y jouer « un rôle de premier plan, (…) convaincu que l’hydrogène peut permettre de réduire significativement l’impact climatique de l’avion ».

Les trois concepts nommés ZEROe pour zéro émission

Trois projets ont été présentés par le groupe aujourd’hui, lors d’un point presse et sur les réseaux sociaux (en anglais).  Ces trois options à l’architecture totalement différente sont actuellement à l’étude. Airbus étudie les contraintes imposées par l’hydrogène embarqué à bord. « Même si les trois options sont possibles, elles n’arriveront pas toutes les trois en même temps », précise Jean-Brice Dumont, président exécutif engineering d’Airbus.

Pourquoi l’hydrogène ?

Ce nouveau carburant développe trois fois la densité d’énergie du kérosène, sauf qu’il est quatre fois plus volumineux. Utilisé sous sa forme liquide à -253°, il pose quelques contraintes techniques au constructeur qui devra résoudre l’équation de son transport à bord et de sa combustion par la transformation des moteurs. C’est l’objectif des cinq prochaines années. 

Un immense chantier

Pour réussir sa transition énergétique du carburant fossile à l’hydrogène, Airbus a besoin que tous les leviers des professionnels du transport s’actionnent en même temps. Les gouvernements européens devront aussi promouvoir à grande échelle le développement de ce nouveau carburant pour les secteurs routiers, aériens, ferroviaires ou encore maritimes.

"Il faudra investir suffisamment, explique Jean-Brice Dumont, pour avoir les infrastructures et la production d’énergie renouvelable en quantité et à un prix raisonnable, pour pouvoir produire de l’hydrogène vert". Une réduction des coûts de production sera nécessaire à la viabilité du projet.

Airbus se veut vertueux dans sa démarche de « verdir » son nouveau carburant. Il souhaite que l’énergie nécessaire à l’électrolyse de l'eau pour séparer les molécules d'hydrogène et d'oxygène, soit produite par les énergies renouvelables non fossiles.


 
Le défi de concevoir à l’horizon 2035, un avion vert et économique à la fois, est réaliste selon l’avionneur.

Mais l’aéronautique prend du temps quand les technologies ne sont pas encore disponibles.

Jean-Brice Dumont - Directeur technique d’Airbus.


L’utilisation de l’hydrogène comme source d’énergie primaire fait partie des objectifs que se lance l’industriel. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
airbus économie entreprises