• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ce que l'on sait sur le viol collectif filmé près de Toulouse : la victime identifiée, plusieurs hommes recherchés

L'émotion est forte après l'annonce par la police du blocage d'une vidéo mettant en scène le viol d'une jeune fille, commis sur le parking d'une boîte de nuit de Balma. Une enquête a été ouverte. La victime a été identifiée.

Par Fabrice Valery

Lundi soir, par un tweet, la police nationale informe qu'une enquête est ouverte après la diffusion sur des réseaux sociaux, notamment Snapchat, de vidéos montrant "des actes sexuels non consentis". Les autorités appellent alors à cesser de partager ou de diffuser ces vidéos. 
 

"Arrête de filmer, c'est un viol"

Une journaliste de France 3 a eu accès à ces vidéos et la seule description de la bande son fait froid dans le dos. On y entend la victime crier pour échapper à ses agresseurs et à plusieurs reprises les hommes présents s'écrient : "Arrête de filmer, c'est un viol (...) c'est un viol, c'est un viol".  Des propos qui ne laissent aucun doute sur le fait que les auteurs avaient conscience de ce qu'ils faisaient. 

"Laissez-moi seul, il faut que je lui règle son compte", dit à un moment l'un des agresseurs. "Les gars, chacun son tour !" lui répond un autre protagoniste, au milieu des éclats de rire ! Des images et des propos qui qualifient le viol en réunion. 

MISE A JOUR DU 19 SEPTEMBRE : 
 

La victime identifiée

Le parquet de Toulouse a indiqué mardi après-midi que la victime du viol en réunion avait été identifiée et qu'elle allait être rapidement entendue par les enquêteurs. Il s'agit d'une jeune fille de 19 ans, qui, selon nos informations serait originaire du Tarn. Elle a été entendue mardi matin par les gendarmes qui se sont d'ailleurs rendus sur les lieux en sa compagnie.
En revanche, selon le parquet de Toulouse, les auteurs du viol et de la vidéo n'avaient pas encore été identifiés mardi en milieu d'après-midi. 
 

Un acte commis à Balma

L'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Toulouse Saint-Michel et aux gendarmes de Balma. C'est d'ailleurs sur cette commune de la proche banlieue toulousaine, précisément sur le parking d'une boîte de nuit, Le Carpe Diem, que les faits se sont produits, pendant le week-end.
 

Publiées sur Snapchat et relayées sur Twitter

Ces vidéos ont été mises en ligne sur le réseau Snapchat et relayées ensuite par un internaute sur Twitter. L'homme en question explique dans une vidéo avoir voulu dénoncer les agissements de ceux que l'on voit sur la vidéo incriminée : 4 jeunes hommes violant une jeune fille, visiblement très alcoolisée. Ce que la police a prudemment nommé "des actes sexuels non-consentis"
 

4 hommes dénoncés sur les réseaux sociaux

A la suite de ces diverses publications, l'affaire a suscité de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. A l'exception d'une curiosité (que l'on qualifiera de très malsaine) pour certains, citons par exemple ces photos qui circulent sur les réseaux sociaux où l'on voit 4 jeunes hommes désignés par les internautes comme les auteurs de ce viol.

Rappelons qu'à ce stade, l'enquête ne fait que commencer et que les gendarmes doivent, dans un premier temps, entendre la victime, ce qui permettra certainement d'identifier rapidement les auteurs. Ils encourent une peine de 20 ans de réclusion criminelle pour viol en réunion.
 

Les signalements sur la plateforme Pharos 

En tout cas, cette affaire révèle que le signalement par les internautes eux-mêmes de contenus illicites ou suspects fonctionne, permettant d'une part de bloquer des vidéos qui sont choquantes et d'autres part de lancer des enquêtes pour en retrouver les auteurs ou acteurs, les juger et les condamner. La plateforme Pharos (Plateforme d'Harmonisation, d'Analyse, de Recoupement et d'Orientation des Signalements) est accessible à tous. 

 

Sur le même sujet

Monze : la désolation après l'incendie qui a brûlé 900 hectares

Les + Lus