Cet article date de plus de 5 ans

Parc National des Pyrénées : opération place nette au refuge de Barroude

Après sa destruction par un incendie, il y a exactement 1 an, premiers travaux au refuge de Barroude avec l'évacuation des ruines, vestiges et gravats du bâtiment.
Les vestiges du refuge de Barroude, peu après sa destruction par un incendie
Les vestiges du refuge de Barroude, peu après sa destruction par un incendie © Pauline Vigneau
De vielles tôles, un pan de mur, des débris épars c'est tout ce qui reste du refuge de Barroude, en haute vallée d'Aure, totalement détruit par les flammes dans la nuit du 11 au 12 octobre 2014. Pour débarrasser le site de ces encombrantes et disgracieuses ruines, un chantier de nettoyage du site vient de débuter.  Dans un communiqué le Parc National des Pyrénées indique  : "Depuis vendredi 9 octobre 2015, la mise en sécurité du site a débuté : évacuation des matériaux résiduels de l’incendie vers des filières réglementairement agréées, démolition des constructions, ouvrages et installations encore en place, nettoyage complet et fin du terrain."
Toujours selon ce communiqué, environ 70 rotations d'hélicoptères seront nécessaires pour mener à bien ce vaste nettoyage avec d'abord l'installation d'une base-vie sur le site. Un baraquement sommaire pour mettre à l'abri les ouvriers ou de retour impossible en fin de jouréne en raison du maucais temps.  Entre 4 et 8 personnes travaillent sur le chantier en fonction des travaux. Ensuite interviendra l'évacuation des débris du sinistre et enfin le démontage de la base-vie. La fin du chantier est prévu pour le 23 octobre... avec l'espoir que des chutes de neige précoces ne viendront pas perdurer ce calendrier.

Une renaissance encore hypothétique et lointaine

Le Parc, propriétaire du bâtiment, n'indique aucune date pour une éventuelle reconstruction du refuge de Barroude. De toutes façons, cette renaissance est d'abord soumise au règlement d'une indemnisation par l'assureur aux gardiens du refuge, les premiers sinsitrés de cet incendie. Avec la destruction par les flammes du bâtiment, ils ont perdu leur outil de travail. Pour l'heure, pas d'indemnisation versée par l'assureur qui rechigne à compenser cette perte. Les gardiens doivent même déposer plainte dans quelques jours et engager un contentieux pour obliger leur compagnie d'assurance à les dédommager. Le refuge est assuré à hauteur de 2 millions d'euros. De toutes façons, le temps de l'indemnisation, puis de la conception et enfin de la construction d'un nouveau refuge -Barroude 2- prendra "plusieurs années" selon un responsable du Parc National des Pyrénées.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pyrénées montagne