Un Airbus A380 totalement désossé par une entreprise de Tarbes : une première !

Durant sa déconstruction, les moteurs de l'A380 sont démontés. Selon les cas, ils sont renvoyés chez le propriétaire ou loués pendant le stockage. Sinon, ils peuvent repartir avec de nouveaux moteurs. / © Tarmac
Durant sa déconstruction, les moteurs de l'A380 sont démontés. Selon les cas, ils sont renvoyés chez le propriétaire ou loués pendant le stockage. Sinon, ils peuvent repartir avec de nouveaux moteurs. / © Tarmac

Airbus ne construira plus d'A380 en 2021. Mais le superjumbo va connaître une seconde vie sur le marché de l'occasion et sur celui des pièces détachées. Une aubaine pour l'entreprise de Tarbes (Hautes-Pyrénées) Tarmac Aerosave qui vient de démanteler pour la première fois l'un de ces appareils. 

Par Sylvain Duchampt

"Certaines pièces de l'A380 n'avaient jamais été démontées et la plupart ont été revendues à leur producteur." Alain Leboucher, directeur commercial, de Tarmac Aérosave ne cache pas un certain enthousiasme.

L'entreprise de Tarbes (Hautes-Pyrénées), leader européen du stockage, de la maintenance et du recyclage d’avions en Europe, vient de déconstruire un A380, en un peu moins d'un an. Une première. 
 

Des équipements à forte valeur marchande

Après avoir exploité durant 12 ans le superjumbo, la compagnie aérienne Singapore Airlines n'a pas renouvelé son contrat de location avec la société allemande Dr Peters Group. "Au départ nous ne devions que stocker l'appareil puis le propriétaire nous a demandé de le déconstruire." raconte M. Leboucher.
 
Il a fallu près d'un an pour démanteler l'A380. / © Tarmac Aérosave
Il a fallu près d'un an pour démanteler l'A380. / © Tarmac Aérosave

L'A380 ayant des équipements "très spécifiques" et représentant une "très forte valeur marchande",  toutes les pièces ont été récupérées et remises aussitôt sur le marché. En raison de leur prix, les trains d'atterrissage ont été très rapidement enlevés obligeant Tarmac Aerosave à fabriquer des "berceaux sur lesquels poser l'avion afin de pouvoir le déplacer."
 
L'entreprise tarbaise a été l'obligation de fabriquer des "berceaux" (en bleu sur la photo), après le retrait des trains d’atterrissages, pour déplacer le superjumbo. / © Tarmac Aérosave
L'entreprise tarbaise a été l'obligation de fabriquer des "berceaux" (en bleu sur la photo), après le retrait des trains d’atterrissages, pour déplacer le superjumbo. / © Tarmac Aérosave

Des A380 d'occasion

La société tarbaise accueille trois autres A 380 mais tous ne seront pas démantelés. "La déconstruction n'est pas systématique pour tous les avions. L'une de nos activités consiste a réaménager et de remettre à neuf des appareils détaille Alain Leboucher. Deux d'entre eux vont être remis sur le second marché, celui de l'occasion."

Certaines compagnies vont continuer ainsi à l'utiliser sur de nouvelles routes : " Le segment est étroit mais il va être demandé. En 2018, Hi Fly, une société portugaise de location d’aéronefs, qui fournit également du personnel, de la maintenance et des assurances, est devenue le premier exploitant d’un Airbus A380 d’occasion. British Airways va également augmenter sa flotte d'A380". 
 

Grâce à ce premier chantier de désossage, Tarmac Aerosave a "emmagasiné une véritable expertise et savoir-faire dans le domaine" et va pouvoir se placer sur ce secteur de rénovation.  

En 12 ans d'activité, la société située aux pieds des Pyrénées a redélivré 560 avions et démanteler 165 autres appareils.  

Sur le même sujet

Les + Lus