Une artiste tarbaise censurée par Facebook

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Martin
"Cachez ce sein que je saurais voir" : une réplique devenue dogme, pour le géant des réseaux sociaux.
"Cachez ce sein que je saurais voir" : une réplique devenue dogme, pour le géant des réseaux sociaux. © France 3 Occitanie

Une artiste tarbaise, d'origine lourdaise et résidant à Tarbes, a vu ses deux comptes Facebook bloqués pendant plusieurs jours. En cause, la photo d'une de ses oeuvres, montrant une femme nue. 

Stéphanie Vignaux, artiste-peintre installée à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, a eu la désagréable surprise de voir ses deux comptes Facebook (l'un privé, l'autre professionnel) bloqués pendant respectivement 7 jours et 24 heures. 

En cause, la photographie d'une des oeuvres de l'artiste, postée sur ses pages Facebook. Le portrait d'une femme nue, fumant une cigarette, assise sur un lit. Une oeuvre inspirée d'une photo de la comédienne Emmanuelle Béart. 

D'après Stéphanie Vignaux, ce n'est sans doute pas le nu en lui-même qui a posé problème au géant des réseaux sociaux mais la vision du sein et de son téton. 

Sidérant, en 2017 ? Pas tant que ça, finalement, quand on sait qu'une reproduction de l'Origine du monde, de Gustave Courbet a également été censurée par Facebook.
Et que pour échapper à la censure (quel autre mot ?), certains artistes "pixelisent" les seins honteux de leurs oeuvres. 

"Couvrez ce sein que je ne saurais voir", écrivait Molière, dans Tartuffe ou l'imposteur. C'était en 1669...

Voir le reportage de Maria Laforcade et Emmanuel Fillon, de France 3 Occitanie :

durée de la vidéo: 01 min 54
Une artiste tarbaise censurée sur (et par) Facebook




En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.