Tarbes : attention, la veste volée ne fait pas le pompier, surtout en période de vente de calendriers !

20 vestes de pompiers des Hautes-Pyrénées, comme celle-ci, ont été volées chez le fabriquant.
20 vestes de pompiers des Hautes-Pyrénées, comme celle-ci, ont été volées chez le fabriquant.

Après le vol chez le fournisseur de 20 vestes de pompiers siglées, la gendarmerie des Hautes-Pyrénées a lancé un appel à la vigilance. Des individus mal intentionnés pourraient tenter de se faire passer pour des pompiers en tournée de vente de calendriers pour l'année nouvelle.

Par Vincent Albinet

C'est le vol, chez le fournisseur, de 20 vestes de pompiers siglées "SDIS 65" (Service départemental d'incendie et de secours des Hautes-Pyrénées) qui a amené la gendarmerie à lancer sur Facebook l'appel à la vigilance suivant concernant tous les corps professionnels (postiers, pompiers, agents municipaux, etc.) en tournée de fin d'année de vente de calendriers :
Les vestes volées ne sont toutefois pas très discrètes. Ces tenues bleues avec des bandes jaunes rétro-réfléchissantes sont normalement destinées à intervenir sur des feux clos urbains, pas à se rendre chez des particuliers pour y vendre des calendriers.

Un autre appel à la vigilance a également été lancé, cette fois sur le réseau intranet des pompiers.

Les tenues de pompiers soumises à une traçabilité

Ces derniers assurent être particulièrement attentifs à la traçabilité de leurs tenues professionnelles. Elles sont toutes numérotées une fois livrées par le fabriquant. Les tenues sont systématiquement récupérées lors des départs à la retraite des pompiers. Et une veille est assurée par le service habillement du SDIS sur les points de vente numériques de type ebay ou encore dans les stocks américains.

Lorsqu'un effet est repéré, le vendeur est immédiatement saisi pour retirer le vêtement de la vente, et les gendarmes prévenus.

Malgré tout, "vous pouvez acheter à peu près tout ce que vous voulez sur internet", se désole le Lieutenant-Colonel Michel Brousse, président de l'Union régionale Occitanie des amicales de pompiers. Il admet avoir déjà été alerté occasionnellement, en lisant la presse, sur des cas de particuliers abusés par de faux pompiers en fin d'année.

Le produit de la vente des calendriers des pompiers est intégralement reversé à leurs oeuvres sociales 

"C'est tellement facile d'abuser les gens !", analyse le Lieutenant-Colonel. "Et c'est d'autant plus dommage que le produit de la vente de ces calendriers est exclusivement destiné à des fins sociales". En aucune façon l'argent récupéré ne constitue une sorte prime de fin d'année pour les pompiers. L'intégralité des sommes, alimente une caisse d'oeuvres sociales, qui intervient notamment pour une couverture sociale des pompiers volontaires non salariés.

Michel Brousse ne se dit pas inquiet pour d'éventuelles malversations en milieu rural. "Beaucoup de gens connaissent leurs pompiers", explique-t-il. "Cette tradition du calendrier permet aussi de renouer un lien social avec la population , avec des gens isolés", esplique un de ses collègues. "Les pompiers, c'est souvent dans ces zones isolées le dernier service public", ajoute-t-il.

En cas de doute, notamment en secteur urbain, les particuliers peuvent toujours demander aux pompiers qui viennent les solliciter en cette fin d'année leur carte de la Fédération nationale des sapeurs pompiers de France.
 

Sur le même sujet

Les + Lus