Tarbes : deux nouveaux soldats du 1er RHP trouvent la mort lors de l'opération Barkhane au Mali

Deux soldats Français ont été tués ce samedi lors d'une opération au nord du Mali. Un troisième soldat est blessé. Les deux victimes appartenaient au 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes.
Deux soldats Français du 1er régiment de Tarbes ce samedi matin sont morts lors d'une opération au nord du Mali. Un troisième soldat est blessé. 

Un blindé de l'opération Barkhane a été détruit par un engin explosif, dans la région de Tessalit, près de la frontière algérienne. Deux militaires français, un brigadier-chef de première classe et un hussard parachutiste de première classe ont été tués. Le troisième soldat du 1er RHP lui aussi demeure dans un état critique.

Leur véhicule blindé détruit


"La mort de deux militaires français, le brigadier-chef de première classe S.T. et le hussard parachutiste de première classe Arnaud Volpe, après la destruction de leur véhicule blindé par un engin explosif improvisé (...) lors d'une opération" précise le communiqué de l'Elysée. 

"Les trois membres du véhicule ont été très gravement blessés et immédiatement pris en charge", précise l'état-major des armées françaises. Deux ont succombé à leurs blessures, et "l'état de leur camarade est stable, mais son pronostic vital demeure réservé".

45 Français morts au combat


Ce drame ravive le souvenir de la mort d'un autre soldat du 1er RHP de Tarbes le 23 juillet. Tojohasina Razafintsalama, 25 ans, avait été tué au cours d’une mission de reconnaissance, au Mali.
 

La mort des deux soldats ce samedi intervient alors que des militaires maliens ont pris le pouvoir mi-août, renversant le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui était au pouvoir depuis sept ans à la tête d'une junte. Emmanuel Macron appelle "à la mise ne place, sans délai d’une transition politique civile au Mali, condition sine qua non d’une lutte efficace contre les terroristes".
 

"Le président de la République salue à nouveau le courage et la détermination des militaires français déployés au Sahel, aux côtés de leurs frères d'armes des nombreux pays engagés solidairement dans cette difficile mission", indique le communiqué de l'Elysée.

Ce drame porte à 45 le nombre de soldats français morts au combat dans les opérations Serval puis Barkhane, qui comptent quelque 5.000 militaires.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité