Hérault : à Portiragnes, habitants et élus travaillent ensemble à la préservation du littoral

À Portiragnes dans l'Hérault, on tente de concilier la présence humaine avec la sauvegarde de la faune et de la flore sur le site de la Grande Maïre. Cette réserve naturelle "Natura 2000" accueille de plus en plus d'oiseaux nicheurs notamment grâce à l'installation de filets de protection. 

Préserver la faune et la flore du littoral, un sujet majeur à Portiragnes dans l'Hérault.
Préserver la faune et la flore du littoral, un sujet majeur à Portiragnes dans l'Hérault. © Cédric Métairon / France Télévisions.

À Portiragnes Plage, dans l'Hérault, Julien Azema arpente les 400 hectares de plage humide. Le gardien du littoral connaît comme sa poche ce bout de terre, composé de deux lagunes : la "Maïre" et la "Rivièrette" constituent un ancien bras du fleuve Orb. Cette réserve naturelle classée "Natura 2000" appartient au Conservatoire National du Littoral depuis 1980. Sur ce site, où se côtoient eau douce et eau salée, les paysages sont uniques. 

"On a un cordon dunaire qui est ici encore relativement bien préservé. La richesse du site réside dans la multitude de milieux naturels qui vont s'entrecouper. Il y a énormément d'espèces végétales et animales qui vivent ici", explique Julien Azema.

Une centaine d'oiseaux nicheurs

Parmi elles, l'asphodèle, une plante vivace. Mais aussi un grand nombre d'oiseaux migrateurs : entre la mi-mars et la fin de l'été, les sternes et les gravelots viennent nicher jusque sur la plage pour y trouver logis et nourriture. Des filets de protection ont d'ailleurs été installés à l'hiver 2020 pour préserver leur habitat. 

Des filets de protection ont été installés l'hiver dernier.
Des filets de protection ont été installés l'hiver dernier. © Cédric Métairon / France Télévisions.

Ce système a eu du succès : alors qu'il n'y avait pas de nicheurs sur le site héraultais, ces filets ont attiré une trentaine de couples de sternes et environ 80 gravelots. Qu'en sera-t-il pour 2021 ?

Les oiseaux sont actuellement en cours de transit. En ce moment, on assiste progressivement à l'installation de ces nicheurs.

Julien Azema, gardien du littoral à Portiragnes.

Impliquer les associations

Pour sensibiliser le public à la présence de nichoirs dans les dunes, le gardien du littoral forme et s'appuie sur les associations locales à l'image des "Portiplagistes". Ces derniers assurent le nettoyage des plages en hiver.

"Monsieur Azema m'a tout expliqué. Il m'a dit : "ça c'est la laisse de mer, il ne faut pas y toucher. Les dunes, on n'y met pas les pieds parce que c'est protégé." On respecte notre littoral et on le protège en nettoyant les plages", s'enthousiasme Jean-Marie Morren, président de l'association. 

Les pouvoirs publics engagés dans la préservation

À Portiragnes, la protection du cordon lagunaire est l'affaire de tous, et notamment de la maire Gwendoline Chaudoir. 

Nous avons la particularité d'avoir un lagunage pour traiter les eaux de la ville de Portiragnes. Ce lagunage naturel a donné lieu à une roselière : cette roselière, qui a finalement été créée par l'homme, est devenue un sanctuaire pour les oiseaux et certaines plantes.

Gwendoline Chaudoir, maire de Portiragnes.

Cette semaine, des affiches ont été installées aux abords du littoral pour sensibiliser les futurs estivants à l'importance de cette zone préservée. Car concilier environnement et tourisme reste un défi permanent. Dans la commune, la population passe de 3 200 habitants en hiver à parfois 30 000 l'été.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature animaux mer politique société environnement écologie littoral aménagement du territoire