L'Ephèbe en bronze d'Agde est orphelin, le plongeur qui l'a découvert dans le fleuve Hérault est décédé

C'était le 13 septembre 1964, Jacky Fanjaud faisait une découverte exceptionnelle dans le lit du fleuve Hérault à Agde. Le plongeur retrouvait une statue antique en bronze, une oeuvre réalisée au IIe siècle avant notre ère. L'Ephèbe nu est devenu par la suite l'emblème d'Agde.

Jacky Fanjaud fut et restera, l'inventeur de l'Ephèbe d'Agde. Une statue hellénistique en bronze qu'il a découvert en 1964, par huit mètres de fond dans le lit de l'Hérault, face à la basilique d'Agde.

Il est décédé mercredi à l'âge de 89 ans.

Depuis des décennies, le plongeur du Graspa, le Groupe de Recherches Archéologiques Subaquatiques et de Plongée d'Agde, allait dans les écoles pour raconter son incroyable découverte. L'Ephèbe d'Agde est considéré comme le plus beau bronze antique jamais découvert en France.

Du musée du Louvre à Agde

Les Agathois sont très attachés à cette statue en bronze fine et élégante désormais conservée au musée de l'Ephèbe et d'archéologie sous-marine d'Agde.

Juste après sa découverte, la statue antique très abimée par son séjour dans l'eau, a quitté l'Hérault pour être restaurée et soignée en Moselle, au Laboratoire d'archéologie des métaux de Jarville-la-Malgrange. Classé monument historique en 1966, l'Ephèbe sera exposé au musée du Louvre à Paris durant plus de 20 ans.

Il retrouvera Agde et un musée flambant neuf construit pour l'occasion en 1987.

L'Ephèbe d'Agde ou Alexandre le Grand ?

Sur son site, le musée de l'Ephèbe explique : "Très tôt après sa découverte, la statue a intrigué certains archéologues et historiens de l'art pour sa ressemblance avec le célèbre roi macédonien, Alexandre III dit « le Grand » (356-323 av. J.-C.).
En effet, on retrouve sur le grand bronze d'Agde, le style de Lysippe de Sicyone, portraitiste de la famille royale de Macédoine : la forme du visage, le menton et les mèches de cheveux au-dessus du front formant une sorte d'étoile (l'anastolé).
L'Ephèbe d'Agde porte sur la tête un diadème royal, semblable à celui retrouvé dans la tombe de Philippe II, le père d'Alexandre. Sur son épaule gauche on distingue la chlamyde, manteau militaire macédonien dont une extrémité manque suite à la perte de la main d'origine.
Enfin, on peut imaginer que dans les mains manquantes, l'Alexandre d'Agde tenait une lance macédonienne ou une épée".