Une balise d'un sentier de randonnée de la Vésubie retrouvée à Vendres, dans l'Hérault, deux mois après la tempête Alex

Une balise d'un sentier de randonnée pédestre de la Vésubie a été retrouvée 500 km plus loin sur la plage de Vendres, dans l'Hérault, vendredi 13 novembre, près deux mois après la terrible tempête Alex. Frédéric Miota raconte cette improbable découverte.
Cette balise, mise en place par le Conseil général des Alpes-Maritimes, a été retrouvée à Vendres, à 500 kilomètres de son implantation, le 16 novembre 2020.
Cette balise, mise en place par le Conseil général des Alpes-Maritimes, a été retrouvée à Vendres, à 500 kilomètres de son implantation, le 16 novembre 2020. © DR

"Des fois, vous êtes attiré par un objet..." Vendredi 13 novembre, Frédéric Miota se baladait avec son épouse sur la plage de Vendres (Hérault). "Des effets de vagues avaient eu lieu dans la nuit, il y avait beaucoup de morceaux de bois et d'arbre sur la plage", confie t-il. Ils sont tombés sur une balise en bois, du Conseil départemental des Alpes-Maritimes. "J'ai vu un bout de la balise qui dépassait avec le mot "Vésubie", ça m'a rappelé les événements catastrophiques d'octobre. Je l'ai ramassée." Les inscriptions "Conseil général Alpes-Maritimes", "itinéraires pédestres", "vallée de la Vésubie" et le numéro de la balise, 75, y figurent.


Cette balise, située sur le sentier permettait d'accéder au Trou du diable, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), à près de 500 kilomètres de Vendres. "Elle est dans le coeur du village, le sentier part de Saint-Martin-Vésubie", relate Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes. Les vallée de la Vésubie, de la Tinée et de la Roya ont été très durement touchées par la tempête Alex le 2 octobre : 7 morts dans les Alpes-Maritimes, plus de 10 personnes disparues, une centaine de maisons et des routes détruites.

Un troublant parallèle avec les inondations dans le Gard

La découverte faite par Frédéric et son épouse a fait écho à leur propre vie. Dans la nuit du 8 au 9 septembre 2002, des pluies diluviennes s'étaient abattues sur le Gard et ont provoqué des inondations dramatiques. Bilan : 22 morts, 299 communes du département sur 353 sinistrées et plus de 830 millions d'euros de dégâts. La maison de Frédéric, située à Saint-Chaptes (Gard), avait été emportée par le Gardon. "C'est quelque chose qui reste très présent, relate Frédéric. Ca nous a rappelé des souvenirs très difficiles, nos enfants avaient été hélitreuillés. Quand votre maison disparait sous les flots, on a du mal à s'en remettre. Cette balise retrouvée, c'est tout un symbole pour nous."
 

"On avait les larmes aux yeux"

La secrétaire de la mairie de Saint-Martin-Vésubie

Le promeneur appelle la mairie de Saint-Martin-Vésubie lundi 16 novembre pour faire part de sa découverte. La secrétaire de la mairie nous a parlé de l'émotion lors de cet échange. "On avait les larmes aux yeux..." Le passant lui envoie les photos par e-mail.
 

"C'est comme un témoin matériel, un témoin qui fait qu'on n'oublie pas la catastrophe qu'ont subi ces gens"

Frédéric Miota, qui a découvert la balise



Vingt jours plus tard, la secrétaire croise Eric Ciotti (Les Républicains), et l'en informe. Ce dernier publie une photo de cette balise, vendredi 27 novembre. "Ce parcours très long souligne la force, malheureusement, des éléments", déplore le Niçois. Pour Frédéric Miota, "c'est comme un témoin matériel, un témoin qui fait qu'on n'oublie pas la catastrophe qu'ont subi ces gens". Frédéric Miota a conservé la balise. "S'ils veulent la récupérer, il n'y aucun problème."
 
 Le journal Nice Matin a tenté de retracer l'itinéraire improbable de cette balise. "La balise de randonnée a été arrachée puis ballottée dans la rivière Boréon et la Vésubie" selon le journal local, puis elle serait passée par Roquebillière, Lantosque, le pont Durandy, puis le fleuve Var et Saint-Laurent-du-Var. Avant de se retrouver plus de deux mois après la tempête, sur une plage héraultaise. Eric Ciotti nous a confié qu'on l'avait informé qu'un casque de pompiers, provenant de la caserne de Saint-Martin-Vésubie, avait été retrouvé dans le Gard il y a une quinzaine de jours. Deux découvertes supplémentaires qui montrent les dégâts des intempéries qui ont meurtri les Alpes-Maritimes.

Un panneau retrouvé à Palavas-les-flots


Un panneau emporté à Breil-sur-Roya lors de la tempête Alex a également été retrouvé dans l'Hérault ces derniers jours, mais cette fois-ci à Palavas-les-flots comme l'a inqué le maire de la commune, Sébastien Olharan, sur les réseaux sociaux.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vallée de la roya intempéries météo inondations