Clôtures découpées, stade "détruit", colère et impuissance après l'installation de près de 300 caravanes de gens du voyage sur un terrain de sport

Après avoir découpé le portail et les clôtures, près d'un millier de gens du voyage ont élu domicile le 23 juillet dans un parc municipal de Cazouls-lès-Béziers, dans l'Hérault. La mairie estime les dégâts entre 70 000 et 100 000 €.

Ils se sont engagés à quitter les lieux dimanche. Le 23 juillet dernier, vers 16h, près de 300 véhicules de gens du voyage, dont de nombreuses caravanes, se sont installés illégalement sur le site de l'Enclos de Cazouls-lès-Béziers, dans l'Hérault. Ce sont ainsi près de 1200 personnes qui ont élu domicile sur le terrain de foot récemment refait de la commune, en plus du parking adjacent.

Des dizaines de milliers d'euros de dégâts

Cet envahissement a provoqué la colère du maire de Cazouls-lès-Béziers

"Quand je suis arrivé, ils étaient en train de découper le grillage", explique le maire Philippe Vidal au micro de Chloé Fabre, journaliste à France 3 Occitanie. "J'ai rencontré leur porte-parole, qui m'a donné ses garanties que dimanche ils partiraient puisqu'ils ont un autre point de chute, je suis enclin à le croire."

Il y a quelques années, nous avions accueilli entre 15 et 40 caravanes et ça n'avait posé aucun souci. Mais là ça nous fait 25% d'habitants en plus, nous ne sommes pas équipés pour ça !

Philippe Vidal, maire de Cazouls-lès-Béziers

Depuis juillet 2000, la loi oblige certaines communes à prévoir des espaces dédiés à ce type d'occupation. Dans l'Hérault, le schéma départemental pour l'accueil et l'habitation des gens du voyage (SDAHGV) actuel cours jusqu'en 2024. Il prévoit notamment des aires à Sérignan (1 à 200 places) et à Béziers (1 à 40 places). "Nous ne sommes pas listés parmi les communautés qui doivent avoir ce genre d'aires", fait valoir l'édile, sans étiquette, de la commune de 5 220 habitants. "Pour moi, le souci qu'ils ont, c'est d'arriver en si grand nombre, c'est ingérable." 

Dans une publication Facebook au vitriol, l'élu, qui a porté plainte, évoque un stade "détruit" ou encore des "branchements pirates", le tout pour près de 100 000€ de dégâts. Pour rembourser ces dégradations, il suggère de confisquer certains des véhicules stationnés sur place.

On essaye de dégrader le moins possible.

Un des responsables de la communauté de gens du voyage installée illégalement à Cazouls-lès-Béziers

"Il n'y a pas de véhicules qui roulent sur le stade", se défend un des responsables de la communauté de gens du voyage sur place. "On ne veut pas le détruire. Il n'y a qu'à l'entrée que le terrain s'est un petit peu effondré, mais c'est tout, et il n'y a rien de dégradé à l'extérieur du stade." Les visiteurs ont même installé un disjoncteur sur place, ou encore un chapiteau pour les réunions et messes "à la gloire du Seigneur".

De son côté la préfecture affirme que le groupe avait bien fait une demande d'installation, non pas à Cazouls-lès-Béziers, mais sur l'aire de grand passage de Sérignan. La réponse avait été positive et "l'aire lui était réservée".

La préfecture précise par ailleurs que Les groupes de gens du voyage (GDV) de plus de 150 caravanes doivent informer de leur arrivée trois mois avant la date d'installation (deux mois avant pour les groupes de moins de 150 caravanes). "La demande doit mentionner les dates d'arrivée et de départ, les besoins en emplacement de caravanes et les coordonnées du président, précise le cabinet du préfet Hugues Moutouh. Ces demandes dans le département de l'Hérault sont adressées à l'association en charge de la médiation GDV qui informe ensuite les collectivités concernées."