Hérault : la guerre aux logements vétustes et aux immeubles dangereux est lancée à Lodève

Il y a 4 mois, un bâtiment vide s'effondrait à Clermont-l'Hérault. En Occitanie, certaines villes connaissent des problèmes d'immeubles vétustes et/ou insalubres. Les mairies se retrouvent souvent face à des dossiers complexes et des situations douloureuses. C'est le cas dans un immeuble de Lodève.

Lodève (Hérault) - un immeuble ancien du centre-ville où le plafond du restaurant s'est effondré fin août - 14 septembre 2020.
Lodève (Hérault) - un immeuble ancien du centre-ville où le plafond du restaurant s'est effondré fin août - 14 septembre 2020. © F3 LR
Le 28 août dernier, en plein centre de Lodève, une partie du plafond d'un restaurant s'effondre. A l'origine de ce sinistre, des infiltrations d'eau dans la cage d'escalier de l'immeuble. Le locataire du premier étage a été relogé mais au deuxième étage, un couple avec deux enfants s'inquiète. Surtout quand il pointe l'état d'insécurité de leur appartement.

Il y a un trou entre le mur et le plancher. Les plinthes sont à 2 cm au dessus du sol... Il y a des fissures partout au sol. Et dans l'escalier, tout tremble. C'est angoissant !

Un couple de locataires de Lodève.

Le couple s'est tourné vers la ville de Lodève. En vain. Ce que confirme la mairie. Car le relogement de locataires occupant un appartement vétuste n'est pas une compétence municipale. En revanche, le maire peut prendre un arrêté de péril.

Tous les services sont mobilisés. Mais c'est au propriétaire de reloger ses locataires, pas à la mairie.

Gaëlle Lévêque, maire de Lodève.

Péril ordinaire ou péril imminent

Une procédure de péril ordinaire peut être déclenchée par le maire en cas de danger non immédiat. En revanche, lorsque l'immeuble présente "un danger réel et actuel pour la sécurité", une procédure de péril imminent doit être engagée.
Dans l’hypothèse où un expert a conclu à l’existence d’un péril grave et imminent, le maire peut ordonner au propriétaire d’exécuter les mesures provisoires nécessaires pour garantir la sécurité des lieux, assorties d’un délai pour les exécuter. Cet arrêté de péril imminent est exécutoire immédiatement. La municipalité de Lodève a recensé 170 logements vétustes en centre-ville, pour une commune qui compte un peu plus de 10 000 habitants. Une cinquantaine est en cours de rénovation ou de remise aux normes.
Il reste donc beaucoup à faire pour que le bailleurs réhabilitent les logements anciens, notamment en matière fiscale, avec des incitations du gouvernement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement insalubre logement société politique travaux publics économie immobilier