Hérault : une habitante de Lodève craint d'être expulsée de son logement devenu trop dangereux

Une résidente des Plans, près de Lodève (Hérault) est sous le coup d'un arrêté de péril imminent et craint d'être expulsée en raison de l'état de délabrement avancé de son domicile. Le maire se veut néanmoins rassurant.

Brigitte Raillecove craint d'être bientôt expulsée de sa maison des Angles à cause d'un arrêté municipal pris pour "péril imminent" - février 2020.
Brigitte Raillecove craint d'être bientôt expulsée de sa maison des Angles à cause d'un arrêté municipal pris pour "péril imminent" - février 2020. © Sylvie Bonnet / FTV
Aux Plans, près de Lodève, Brigitte Raillecove lance un appel à l'aide. Propriétaire d'une maison délabrée, elle se dit menacée d'expulsion suite à un arrêté de "danger imminent" pris par le maire de cette petite commune de l'Hérault.

"À cause des intempéries - les épisodes cévenols comme on les appelle - l'eau est tombée, raconte la sexagénaire. Il y aurait eu des petites réparations à faire à l'époque, mais maintenant tout est à casser et tout est à refaire. Pour lever le « péril imminent », il faut simplement butonner.".
 
La terrasse de son domicile s'est ainsi effondrée, ses murs fragilisés. Faute de moyens financiers, Brigitte n'a pu faire face à ses dégâts.

Aujourd'hui, elle a peur de devoir quitter son logement.
 

Il ne me reste plus que quatorze jours avant de partir d'ici. Donc, il faudrait qu'une entreprise veuille bien me faire des devis pour que le dossier puisse suivre son cours, au moins me mettre hors du « péril imminent ».

 

La Mairie dans l'obligation d'agir

Et justement, le maire des Plans (Hérault) affirme que Brigitte ne sera pas expulsée et les travaux urgents de soutènements seront payés par la commune. Une obligation pour ne pas mettre en jeu la responsabilité du maire, Daniel Fabre.

"La procédure, c'est qu'elle a un mois pour faire des travaux et je sais personnellement qu'elle ne pourra pas les faire, explique le premier édile des Angles.

"J'ai déjà engagé des entreprises pour faire des devis et donc des travaux. Au terme de ce mois, c'est à la mairie que reviennent les travaux. Donc j'ai l'obligation d'agir ce délai passé. Et à fonds perdus, puisque les travaux sont censés être remboursés par le propriétaire. Je sais que j'aurai du mal à me faire rembourser."

En attendant, Brigitte a besoin de main d'œuvre pour débarrasser les nombreux encombrants amoncelés sur son terrain depuis des années.
 
 
Hérault : une habitante de Lodève craint d'être expulsée de son logement devenu trop dangereux ©France 3 Occitanie

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société sécurité sdf politique