Justice : 7 ans d'emprisonnement pour avoir agressé une femme dans les toilettes à Agde

Le Palais de Justice de Béziers en 2016 - image d'illustration / © Sylvain Thomas / AFP
Le Palais de Justice de Béziers en 2016 - image d'illustration / © Sylvain Thomas / AFP

Le tribunal correctionnel de Béziers a condamné ce vendredi à sept ans d'emprisonnement un homme de 26 ans originaire d'Ardèche. Il était accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme de 22 ans dans les toilettes d'une boîte de nuit le 12 juin 2018 à Agde.

Par Camille Bosshardt

L'homme de 26 ans est originaire d'Ardèche. Ce vendredi, le tribunal correctionnel de Béziers l'a condamné à 7 ans d'emprisonnement avec maintien en détention. Il était accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune femme alors âgée de 22 ans, dans les toilettes d'un établissement de nuit le 12 juin 2018 à Agde.
 
Les policiers du commissariat de police d'Agde l'avaient interpellé à l’aube. Le jeune homme avait été mis en examen par le parquet de Béziers pour viol par une personne en état d'ivresse manifeste, puis placé en détention provisoire.
 
La jeune femme, originaire de Seine-et-Marne, affirmait avoir repoussé toute la soirée les avances de cet homme.
Des élements confirmé par des témoignages et des vidéos surveillances. Elle-même très alcoolisée, la jeune femme s'était rendue dans les toilettes de l'établissement de nuit vers 4h30 du matin.

Plusieurs actes sexuels


Son agresseur l'avait alors suivie dans les toilettes des femmes et avait effectué sur elle plusieurs actes sexuels, "ce qu'il avait fini par reconnaître au cours de sa garde à vue, tout en affirmant qu'elle était consentante, ce qu'il maintiendra tout au long de l'instruction" selon Raphaël Balland, procureur de la République au tribunal judiciaire de Béziers.
 
Jugé ce vendredi du chef d'agression sexuelle par une personne en état d'ivresse manifeste, l'homme a fini par reconnaître devant le tribunal correctionnel que la victime n'était sans doute pas en état de consentir aux actes qu'il lui a fait subir.
 
Outre les 7 ans d'emprisonnement, le tribunal l'a également condamné à un suivi socio-judiciaire pendant 5 années lorsqu'il sortira de prison, avec injonction de soins. En cas d'irrespect de ce suivi, il pourrait retourner 2 années supplémentaires en détention. Il a également été condamné à verser 12 000 € à la victime.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus