Fête des mères et des pères : dans l'Hérault, le casse-tête des parents de familles homoparentales

Alors que l'on fête ce dimanche la fête des mères, des parents de familles homoparentales alertent sur les problèmes que posent la préparation de cette tradition à l'école. Un parent lunellois a adressé une lettre ouverte au président de la République. Il demande la création d'une fête des parents.

Montpellier - Doan Luu tient le dessin de sa fille Clémence sur lequel ses deux papas sont représentés - 27.05.21
Montpellier - Doan Luu tient le dessin de sa fille Clémence sur lequel ses deux papas sont représentés - 27.05.21 © FTV - E. Garibaldi

Un dessin de sa fille Clémence âgée de 9 ans dans la main offert lors d'une ancienne fête des pères, Doan Luu s'émeut. "Ça représente le portait de mon mari Cyril, et moi-même. Ce portrait est très important pour nous, puisque ça symbolise son attachement à ses deux papas".

Familles atypiques

Dans la famille de Clémence, il y a deux mamans et deux papas. Un projet de vie réfléchi et choisi par ces deux couples homoparentaux. Alors à l'approche de la fête des mères ou de la fête des pères, la jeune fille doit regorger d'imagination pour n'oublier personne... 

On s’y retrouve avec les aspects traditionnels puisque Clémence a deux papas et deux mamans. Elle va préparer deux cadeaux pour les mamans et deux cadeaux pour les papas. C’est évidemment en dehors de la tradition qui veut que ce soit pour LA maman et LE papa.

Doan Luu, papa de Clémence

Une situation qui ne semble pas, en revanche, perturber Clémence. "Les professeurs n'y font pas vraiment allusion, ils ont juste été surpris que j'aie deux papas et deux mamans", confie-t-elle dans une interview réalisée par Gaël, 17 ans, élevé lui, par deux mamans. Il a créé un compte instagram pour parler de l'homoparentalité, "un sujet assez tabou dans notre société", selon lui. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par rainbowkids (@rainbowkidsfrance)

Stigmatisation de certains enfants

La fête des mères et des pères, une tradition vieille de plusieurs siècles, mais qui peut poser question dans les familles non-traditionnelles. C'est le cas aussi de la famille de Romane, 5 ans. 

Elle, a deux papas. Alors à l'approche de la fête des mères, "ça peut être compliqué" confie Vivien, son papa. 

Nous, heureusement, on a affaire à des enseignants très intelligents. Romane fait une activité pour la fête des mères qu’elle offre à qui elle veut, et deux cadeaux pour la fête des pères. Mais ce n'est pas le cas avec tous les enseignants.

Vivien Gstalter, papa de Romane

L'organisation de cette tradition est en effet laissée au libre-arbitre de chaque enseignant. Alors parfois, certains peuvent être moins délicats selon Vivien : "J’ai des amies, un couple de mamans, où le jour de la fête des mamans, leur enfant a offert un cadeau à une maman et le jour de la fête des pères un cadeau à l’autre maman. On demande à des enfants de choisir à qui donner ce cadeau".

Ça reste un moment où nos enfants sont stigmatisés.

Vivien Gstalter, papa de Romane

Faire évoluer les mentalités

Indigné de cette situation, Vivien a écrit une lettre au président de la République dans laquelle il demande à ce que ce choix ne soit pas laissé à l'enseignant. "Je souhaite attirer votre attention sur les problèmes que posent la préparation de la fête des mères à l’école primaire. La très grande majorité des professeurs des écoles font confectionner par leurs élèves, dans le cadre scolaire, un cadeau pour les mères puis pour les pères. Je comprends qu’il ne s’agit pas d’une activité imposée mais d’une tradition laissée à l’appréciation des enseignants. Cette liberté laissée aux professeurs des écoles ne simplifie pas le problème d’autant qu’ils se trouvent très partagés sur ce sujet".

Pour Doan Luu, l'éducation nationale doit encore évoluer sur ce sujet. "Il faut qu’on incite notre société vers plus d’inclusion, de la tolérance et de respect des diversités en privilégiant la fête des parents", exprime-t-il. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
famille société jeunesse éducation