Nîmes : le combat d’une mère pour revoir ses enfants nés d’une union homoparentale

Privée du droit de visite de ses triplés, Barbara Deramisse, leur mère « sociale », lance un cri d’alarme.
 

Babara Deramisse dans la chambre de ses enfants qu'elle n'a pas revus depuis 7 mois
Babara Deramisse dans la chambre de ses enfants qu'elle n'a pas revus depuis 7 mois © DR
Elle compte les mois, les jours, les heures, les minutes et les secondes. Une attente interminable. Cela fait sept mois qu'elle n'a plus vu ses enfants.Trois qu’elle n'a pas entendu le son de leur voix. Une éternité pour Barbara Deramisse, éducatrice spécialisée nîmoise qui vit et travaille à Nîmes, désormais privée du contact avec ses triplés.

"Comment vivent-ils la rupture ? Quelles séquelles vont-ils en garder ? Quelles sont les questions qu'ils se posent ?", se demande cette femme qui n'a plus eu de contact avec des deux filles et son fils de 12 ans. Issus d’un couple homoparental, elle ne les a pas portés dans son ventre, mais dans son coeur. Elle les a eus avec son ex-compagne. Ils sont nés en 2008.

Même si elle les a élevés, aimés, dorlotés depuis leur naissance, Barbara Deramisse n'a pas de statut dans l’état civil des enfants du couple. Depuis la séparation conflictuelle avec la mère biologique, le contact est rompu. Elle n’a pas revu les enfants.

 Vide juridique

Ils sont nés d’une PMA à l’étranger avec un donneur anonyme en 2008 avant le vote de la loi instituant le mariage pour tous ( en avril 2013), une loi permettant au parent non biologique d’adopter les enfants du parent biologique et la loi bioétique, en juillet 2020 autorisant la PMA aux célibataires et aux couples de femmes et à reconnaître conjointement les enfants dès la naissance.

Or le couple se sépare lorsque les enfants sont âgés de quatre ans. Elle les garde un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires. Après un an de procédure et une enquête sociale, Barbara Deramisse obtient en 2010, l’autorité parentale conjointe. En 2014, les relations entre les deux mamans se gâtent et Barbara ne revoit plus ses enfants pendant un mois et demi.

Déménagement malgré l'autorité parentale partagée

Au moment du confinement et prétextant un problème de santé, la mère biologique prive une fois de plus Barbara du droit de visite
Cette dernière engage alors une procédure. Elle apprend que ses enfants et son ancienne compagne doivent déménager à Montpellier à la rentrée. "L’autorité parentale donne le droit de participer aux décisions importantes de la vie des enfants dont le choix du lieu de résidence... Cette délégation de l'autorité parentale est censée me donner des droits mais elle est bafouée, piétinée....

Il y a eu le mariage pour tous, la loi de bio-éthique malgré tout je me suis entendu dire que je pouvais pas être considérée comme un parent, comme une mère. C'est d'une violence inouïe.

Barbara Deramisse


La nouvelle compagne de la mère biologique de mes enfants peut adopter notre fils et nos deux filles et moi je ne peux pas .... Cela voudrait dire pour moi et tous les parents qui sont dans mon cas que le "parent" social est interchangeable.

L'intérêt supérieur de l'enfant 

"Il faut remettre l'intérêt supérieur de l'enfant au centre du débat. Que ces enfants, même en cas de séparation gardent leurs deux parents. Barbara Deramisse, qui attend avec angoisse la décision du juge des affaires familiales de statuer ou pas sur la suite de son affaire militera quoi qu'il arrive pour revoir ses enfants. "Pour que l'on puisse légiférer, arrêter d'instrumentaliser les enfants dans les conflits entre adultes".

Parents sans droits

Elle milite pour cela au sein de l'association des Parents sans droit. L'association qui compte 350 adhérents et autant de familles dans la même situation que celle de Barbara Deramisse oeuvre pour la reconnaissance des parents sociaux par une réforme de la filiation en France.

Qui peut prétendre imposer à un enfant qui il doit considérer comme étant son parent, qui il doit aimer ?

Barbara Deramisse

Ma volonté de mettre en lumière cette histoire c'est la relation d'une mère à ses enfants. Ils ont le droit d'avoir deux mamans (ou deux papas) et de continuer à les voir, cela ne doit pas être une histoire d'adultes".

Barbara Deramisse mettra tout en oeuvre pour revoir ses enfants et comme le lui a demandé son fils la dernière fois qu'elle lui a parlé, "essayer de rattraper le temps perdu".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mariage pour tous société famille justice