Lycéen blessé à l'oeil à Béziers : la police des polices de Marseille chargée de l'enquête

Marseille - les locaux de l'IGPN, Inspection générale de la police nationale - archives / © afp
Marseille - les locaux de l'IGPN, Inspection générale de la police nationale - archives / © afp

Le 6 décembre dernier, un mineur a été éborgné en marge d’une manifestation mêlant lycéens et gilets jaunes à Béziers. Son père affirme qu'il s'agit d'un tir de flashball. Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la République pour éclaircir les circonstances de ce drame.

Par CN avec AFP

Devant la cité scolaire Jean-Moulin, à Béziers, un lycéen mineur a été blessé par un tir de flashball jeudi 6 décembre. L'adolescent de 16 ans manifestait contre la plateforme Parcoursup et la réforme du baccalauréat.

Mais cette manifestation à laquelle s’étaient mêlés des gilets jaunes a dégénéré. Poubelles brûlées, projectiles lancés, gaz lacrymogènes, grenades : lors de heurts, le jeune homme a été touché à l’œil gauche par un tir de LBD40 « sans aucun doute », affirme son père.

Opéré le 14 décembre, le jeune homme a subi une reconstruction faciale mais il a perdu l'usage de son œil gauche.

Une information judiciaire vient d’être ouverte pour « violence volontaire ayant entraîné une infirmité » et un juge d'instruction a été nommé. Pour l'heure, l'enquête de l'Inspection générale de la police nationale de Marseille n'a pas permis d'indentifier le suspect, ni si l'utilisation de l'arme a été conforme.

Lycéen en Bac Pro à Béziers, le jeune homme sortait de sa cité scolaire lorsque la manifestation a dégénéré, selon son père qui a déclaré à l'AFP : 

Mon fil n’était ni manifestant, ni gilet jaune, il sortait tout simplement de son lycée.
 

Son père avait à l’époque lancé un appel à témoins à la télévision, il souhaite que l’origine de la blessure de son fils soit reconnue et qu’il y ait une indemnisation.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus