3e jour du procès : familles et avocats sont consternés après le renvoi de l'affaire

Il va donc falloir tout reprendre à zéro. Après 2 jours de procès, l'audience n'a pas pu recommencer ce mercredi matin. Le président des Assises ayant dû être hospitalisé. Les proches de la victime sont consternés. Les avocats sont déçus. Tous devront revivre un second procès, mais quand ?


Le procès du meurtrier de la feria de Béziers n'a pas repris mercredi matin à 9h

Les amis et les proches de la victime, Julien Portale, comme ceux de l'accusé, Morgan Blouet, ont patienté toute la matinée, avec leurs avocats, pour entrer dans la salle d'audience des Assises de l'Hérault.
A midi, le procès reprend. Les magistrats confirment que des problèmes de santé du président de la cour d'Assises, empêchent la poursuite de l'audience et du procès. Il est donc reporté.

La famille de la victime réagit avec douleur. Pour elle, l'attente a déjà été très longue, 32 mois. Mais elle attendra avec dignité.

Même écho du côté de l'accusé par la voix de son avocat.

Morgan Blouet est catastrophé. Il a pour l'instant refusé de faire une demande de remise en liberté, estimant que l'on aurait pu pensé qu'il profitait de la situation et que la famille de la victime ne comprendrait pas cette démarche alors qu'il a reconnu les faits et qu'il assume tout, rapporte Me Luc Abratkiewicz, avocat de l'accusé.


Reste qu'un véritable débat sur la détention de l'accusé se pose avec ce report. Il est incarcéré depuis le 13 août 2012.

Pour Laurent Bebon, substitut général à la cour d'Appel de Montpellier : "Il est sous mandat de dépôt criminel, ce mandat de dépôt criminel obligeait la cour à statuer dans l'année suivant l'ordonnance de mise en accusation. Il a comparu. Donc ce délai a été interrompu et repart pour une année".


Les avocats de la défense pensent au contraire que l'ordonnance de mise en accusation a été signée le 1er août 2014, donc la situation judiciaire de l'accusé doit effectivement être arrêtée avant le 1er août prochain.
Passé ce délai, et si le nouveau procès est trop repoussé, le défenseur de l'accusé pourrait demander sa remise en liberté avec contrôle judiciaire et son placement sous bracelet électronique. L'accusé serait donc libre en attendant le tenue d'un nouveau procès.

La suite de la session d'assises reportée

Autres conséquences de l'absence du président de la cour d'assises pour raisons de santé, la session d'assises qu'il devait présider est annulée. Elle comportait deux autres procès programmés en mai.
Ces procès s'ouvriront à la date prévue, mais la cour d'assises de l'Hérault constatera qu'elle ne peut assurer les audiences, les 2 procès seront donc reportés.

Reportage F3 LR : E.Jubineau et G.Spica