Cet article date de plus de 5 ans

Accès aux soins dans l'Hérault : "la fracture sanitaire se creuse" selon l'UFC-Que Choisir

L'association de consommateurs UFC-Que choisir publie une étude sur l'accès aux soins de ville et les dépassements d'honoraires, appelant les autorités à un "changement radical de braquet". Le point en Languedoc-Roussillon et dans l'Hérault.

"La fracture sanitaire se creuse ! ", s'indigne l'association de consommateurs UFC-Que choisir.

"Une carte intéractive de la fracture sanitaire"


Entre 2012 et 2016, l'accès à un médecin généraliste à moins de 30 minutes du domicile, "s'est dégradé pour plus du quart de la population", relève UFC-Que Choisir. L'association de consommateurs propose d'ailleurs "une carte intéractive de la fracture sanitaire." 
Il suffit de saisir le nom de votre commune et vous saurez si vous disposez de nombreux médecins ou spécialistes autour de chez vous.

durée de la vidéo: 01 min 43
Accès aux soins dans l'Hérault : "la fracture sanitaire se creuse" selon l'UFC-Que Choisir ©F3 LR

Plusieurs déserts médicaux dans l'Hérault


Depuis 2012, les choses ne se sont pas améliorées, en particulier dans l'Hérault. Il reste de nombreux déserts médicaux. Un territoire est désigné comme tel lorsque l’on ne trouve pas de médecin généraliste à moins de 30 minutes de trajet. Sans surprise, l’étude met en lumière qu’il est plus facile de trouver un médecin généraliste ou spécialiste dans les villes ou sur le littoral, que dans les zones rurales ou les Hauts cantons. Sur cette carte de l’Hérault (ci-dessous) les zones blanches au nord du département s’assimilent à des déserts médicaux.


Les dépassements d’honoraires : un frein à l’accès au soin


L’association de consommateurs s’est également penchée sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les spécialistes. Moins il y a de praticiens plus il est difficile de se soigner sans dépassement d’honoraires. Ce qui semble se vérifier dans tous les départements du Languedoc-Roussillon. Pour l’UFC que choisir, les dépassements d’honoraires peuvent être un frein à l’accès au soin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société ruralité