Act Up dénonce le prix d'un nouveau traitement contre l'hépatite C à Montpellier

© AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS
© AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS

Une quarantaine de militants de l'association Act Up ont organisé, mardi, une action à Montpellier pour dénoncer le prix exorbitant du Sofosbuvir, nouveau traitement contre l'hépatite C. La manifestation a eu lieu à l'occasion du 7e colloque francophone sur le Sida, AFRAVIH-2014.

Par Fabrice Dubault


Ils ont brandi des pancartes avant de s'allonger sur le sol à l'occasion d'une conférence du groupe pharmaceutique américain Gilead, qui commercialise ce médicament, lors de la 7e conférence francophone sur le VIH et les hépatites.
Sur les affiches, déclinées par pays, on pouvait par exemple lire "Népal: revenu annuel moyen 340 dollars", "Madagascar: 75,3% de la population avec moins d'un euro par jour", et dans les deux cas "Prix du Sofosbuvir: 900-1.000 dollars".

L'hépatite C est une maladie du foie, causée par le virus VHC, qui peut entraîner cirrhose ou cancer du foie: 185 millions de personnes sont infectées dans le monde et 350.000 meurent de ses complications hépatiques, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
L'arrivée d'une nouvelle classe de médicaments, à l'efficacité très supérieure, représente un tournant majeur dans le traitement de cette maladie, mais leur coût est faramineux.

Le traitement coûte environ 60.000 euros par an

Un comprimé de Sofosbuvir est ainsi facturé 1.000 dollars aux Etats-Unis, soit 84.000 dollars (environ 60.000 euros) pour les 12 semaines de traitement préconisées, alors que son coût de production oscille entre 68 et 136 dollars, d'après l'OMS. Gilead prévoit de pratiquer des stratégies commerciales différenciées selon les ressources des pays: prix fort pour les pays les plus riches, tarifs moindres pour ceux à revenus "intermédiaires" et autorisation des copies génériques à faible coût pour les plus pauvres.

Reste que les prix prévus pour les pays à revenu moyen (2.000 dollars pour 3 mois de traitement) excluraient d'emblée la majorité des malades, estime Médecins du Monde.

A lire aussi

Sur le même sujet

Languedoc et Roussillon : les 1.900 couacs de la suppression de la carte SNCF

Les + Lus