Affaire Léa : Seureau craque

Gérald Seureau dans le box des accusés et son avocat Laurent Epailly / © France LR / Zakaria Soullami
Gérald Seureau dans le box des accusés et son avocat Laurent Epailly / © France LR / Zakaria Soullami

Pour la première fois Seureau a réagi dans son box. Il pleure au moment où Me Collard avocat de père de Léa lui parle de l'image irréprochable qu'il veut conserver à tout prix pour sa mère. 

Par Laurence Creusot

L'émotion est à son comble dans la salle d'audience bondée à Montpellier.
Chacun tend l'oreille pour entendre ce que Seureau en pleurs s'apprête à dire.
"C'est la première fois que vous vous exprimez, dit Me Collard
Dites-nous ce qui vous a ému ?"

L'accusé est en pleurs au moment où sa mère témoigne à la barre.
Il vient de dire qu'il ne veut pas ressembler à son "géniteur alcoolique" qui a fait souffrir sa mère.
Il est question de son image, de cette image irréprochable qu'il veut conserver à tout prix.
Sa mère vient de dire qu'il sera toujours son fils quoi qu'il fasse.

L'avocat insiste : Dites-nous ce qui vous a ému ?
-C'est d'avoir détruit une vie, toute leur vie, toute leur famille. Cela me rend fou.
Je sais que j'ai commis l'infâme. Rien ne la ramènera.
Y a pas de mot pour le dire.
Rien ne pourra la ramener.
j'ai entendu la douleur des parents de Léa
Si je n'ai pas pu regarder sa petite soeur, c'est que je vois Léa.


Juste après dans la salle des pas perdus l'avocat dira :
Si sa mère avait été moins bête, moins poussée par la volonté de tuer le père.
On se dit qu'une gamine de 17 ans ne serait pas morte déchiquetée, lynchée.


Jeudi soir : compte rendu du procès de l'affaire Léa
Compte rendu du procès de l'affaire Léa le soir du quatrième jour du procès avec Emilien Jubineau et Bruno Pansiot-Villon au palais de justice de Montpellier le 18 novembre 2014. Avec Maitre Gilbert Collard , avocat du père de la victime

Pour suivre le compte rendu des plaidoiries des parties civiles.

Suivre le direct

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus