Un chef d'entreprise de Béziers placé en détention pour menaces de mort

Placé en garde à vue depuis 48 heures, Hubert Van den Torren a été mis en examen par un juge d'instruction montpelliérain, ce jeudi soir, pour menaces de mort, acquisition, détention et port d'armes approvisionnées et couteaux de chasse. L'homme a été écroué, il est en détention provisoire.

Hubert Van Den Torren - mai 2014.
Hubert Van Den Torren - mai 2014. © F3 LR

Hubert Van den Torren, 56 ans, est un patron biterrois menaçant. Il crie au complot.
Dans la semaine, il a proféré des menaces de mort, par téléphone, au Conseil supérieur de la magistrature, et a annoncé son intention de "tuer plusieurs personnes avant de mettre fin à ses jours".
Arrêté, il était en garde à vue depuis 48 heures, à Montpellier. Le juge d'instruction qui l'a entendu, ce jeudi en fin de journée, a décidé de sa mise en examen pour menace de mort et a obtenu son placement en détention provisoire.

Hubert Van den Torren fait parler de lui dans le Biterrois depuis 8 ans. Ce frigoriste affirme être victime d'un complot dont le dernier épisode, selon lui, a eu lieu la semaine dernière. Par deux fois, ses frigos mobiles ont brûlé dans son entreprise, de Villeneuve-lès-Béziers.

Un contentieux de 2006

L'histoire démarre en 2006, quand ce chef d'entreprise porte plainte contre un concurrent pour contrefaçon. Il perd son procès en première instance, comme en appel et considère que le jugement est partial. Depuis lors, il n'a de cesse de dénoncer une juge du tribunal de Béziers et son mari, magistrat à Montpellier.
Le quinquagénaire va jusqu' à parler d'un véritable réseau de corruption et affirme être informé en secret par des magistrats locaux.

Délire paranoïaque selon certains juges. De la pure calomnie, selon l'avocat du couple de magistrats mis en cause.

Le conseil supérieur de la magistrature a ouvert une enquête dans cette affaire.

durée de la vidéo: 01 min 58
Montpellier : Hubert Van den Torren mis en examen pour menaces de mort sur des juges et placé en détention provisoire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice faits divers enquêtes entreprises