• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hélène Mandroux se met en congé du PS

Hélène Mandroux en meeting pour le PS en 2010 / © PASCAL GUYOT / AFP
Hélène Mandroux en meeting pour le PS en 2010 / © PASCAL GUYOT / AFP

La maire socialiste sortante de Montpellier réagit à l'annonce de l'organisation de primaires internes pour la candidature PS à la mairie de Montpellier en 2014. Elle ne sera pas candidate aux primaires PS et de plus, elle se met en "congé" du parti.

Par Fabrice Dubault


Voici la déclaration d'Hélène Mandroux reçue à 15h49, par notre rédaction, ce jeudi.

J'ai appris que les instances nationales n'ont pas voulu privilégier la solution d'unité et de rassemblement que j'ai formulée à plusieurs reprises.
Je prends acte aujourd'hui de la décision du Parti socialiste d'organiser un vote interne pour la désignation du 1er des socialistes en vue des Municipales.

Comme je l'ai toujours dit, je ne participerai pas à ces primaires internes et me met en congés du Parti Socialiste.

Je reste plus que jamais au travail pour ma ville et pour honorer le mandat que m'ont donné les Montpelliéraines et les Montpelliérains. Cette mission demeure ma seule priorité.
Responsable et libre, j'entends profiter de cette liberté pour m'exprimer et agir avec un seul objectif : l'avenir de Montpellier.



Hélène Mandroux, 73 ans à la fin de l'année, qui réclamait l'investiture directe, avait récemment indiqué qu'elle ne participerait pas à "cette mascarade", en parlant de primaires internes au PS à Montpellier.

DMCloud:104639
Montpellier : la course à la mairie et les primaires socialistes


La réaction de Jean-Pierre Moure

"Ca me peine un peu. C'est toujours dommage de voir quelqu'un se mettre en dehors de son parti par réaction", a déclaré à l'AFP Jean-Pierre Moure, espérant qu'Hélène Mandroux change d'avis.

Affirmant comprendre sa déception car "quand on s'engage, on mouille le maillot", le président de l'agglomération a souligné la nécessité de faire preuve "d'humilité" face à des militants qui "ont un avis" et "le droit de l'exprimer". "Le temps des ego est terminé, c'est le temps du projet", a-t-il ajouté, précisant que ses seuls adversaires, ce sont "la droite et le FN".

A lire aussi

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus