Cet article date de plus de 8 ans

Un homme mis en examen pour avoir placé une bombe près d'un club échangiste de Montpellier

Le propriétaire d'un club libertin, a été mis en examen à Montpellier pour avoir déposé une bombe devant l'établissement d'un concurrent. L'engin a été découvert par hasard avant qu'il n'explose.
Montpellier - club échangiste le Kalyptus à Montpellier - janvier 2012
Montpellier - club échangiste le Kalyptus à Montpellier - janvier 2012 © F3 LR

Dans cette affaire ouverte, pour tentative d'assassinats et tentative de destruction volontaire d'un établissement recevant du public, le parquet a requis le mandat de dépôt contre l'auteur présumé, un homme né en 1958, a-t-on précisé de source judiciaire.
Jean-Jacques Amouroux, 54 ans, déjà connu pour braquage, association de malfaiteurs, proxénétisme et trafic de stupéfiants, nie toute participation, sans donner d’explication à la présence de son ADN près de la bombe.

Retour sur les faits du 31 décembre 2011

La bombe avait été découverte par un vigile qui faisait une ronde le soir 31 décembre 2011 vers 19H, alors qu'elle devait exploser vers 21H30. Elle avait été placée dans un colis près d'un mur de l'établissement, le Kalyptus, et aurait pu, selon les experts, faire de nombreuses victimes si elle avait explosé.

L'enquête menée par la police a pu aboutir grâce à une trace ADN retrouvée sur l'engin explosif, a-t-on encore précisé de même source, qui précise que l'homme interpellé mercredi nie les faits.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice faits divers enquêtes