Jean-Luc Moudenc officiellement favorable au choix de Toulouse comme capitale de la future grande région

Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse et président de Toulouse Métropole / © MaxPPP
Jean-Luc Moudenc, maire LR de Toulouse et président de Toulouse Métropole / © MaxPPP

Il a un peu tardé à officialiser son avis sur le choix de la capitale de la future grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. Finalement, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc s'est déclaré favorable au choix de Toulouse, ce vendredi matin. A condition que Montpellier ne soit pas oubliée.

Par Laurence Boffet

Il a refusé de commenter l'annonce du choix de Toulouse comme chef-lieu provisoire de la future grande région en avril dernier. Il a multiplié depuis plusieurs mois les apparitions publiques et les rencontres avec Philippe Saurel, le maire divers-gauche de Montpellier sans jamais se prononcer vraiment sur le choix de Toulouse comme capitale de la future grande région. Finalement, Jean-Luc Moudenc a mis fin au suspens ce vendredi matin au cours d'une conférence de presse à Toulouse.

Le maire de Toulouse (Les Républicains) est donc "favorable" au choix de Toulouse comme préfecture, mais "sans tout accaparer". Il souhaite que le futur Conseil Régional soit installé à Toulouse avec des sessions "symboliques" à Montpellier.

Jean-Luc Moudenc s'exprime sur la question au micro de France 3 Midi-Pyrénées :
Interview de Jean-Luc Moudenc sur la future capitale régionale

Une délibération prise en conseil municipal

Le maire de Toulouse a soumis ce vendredi en conseil municipal une délibération pour faire de Toulouse la capitale de la future grande région. Il a ensuite détaillé sa position dans un communiqué, indiquant qu'il faut privillégier "l’efficacité du service public et non un éventuel « yalta politique »". Pour Jean-Luc Moudenc, "les services centraux du futur Conseil régional doivent bien sûr rester à Toulouse. Qu’ils se situent dans une autre ville que la Préfecture de Région n’aurait aucun sens !"  De même, précise-t-il, "pour un champ d’action donné, les services de l’État et ceux de la Région devront se situer dans la même ville. Par exemple, si le Rectorat est implanté à Toulouse, la Direction de l’Education du Conseil Régional doit être implantée à Toulouse. C’est l’assurance d’une homogénéité dans le travail de tous les acteurs publics". Le maire de Toulouse indique également, qu'il sera vigilant quant au choix des implantations des Directions de l'Etat dans la future grande région : "je ne laisserai pas Toulouse être dépouillée de domaines d’action dans lesquels elle devance Montpellier !", dit-il.
Le temps où le maire de Toulouse restait évasif sur le choix de la future capitale régionale est bel et bien révolu. Philippe Saurel appréciera.


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus