Cet article date de plus de 7 ans

Ligue 1 : Montpellier fait match nul 2 partout à Nice

Nice a bien réagi suite à sa déconvenue en Europa League, mais n'a pu obtenir qu'un match nul, dimanche, face à Montpellier, 2 partout, lors de la 4e journée de Ligue 1, pour le dernier match de l'OGC au stade du Ray.
Nice (Alpes-Maritimes) - Montpellier s'en tire 2 à 2 face à l'OGC - 1er septembre 2013.
Nice (Alpes-Maritimes) - Montpellier s'en tire 2 à 2 face à l'OGC - 1er septembre 2013. © AFP PHOTO / VALERY HACHE

C'était la der des der au désormais mythique stade du Ray, avant de déménager dans une arène plus moderne. Les Niçois avaient à cœur de saluer comme il se doit leurs vielles tribunes.
Et de fait dans ce derby de la Méditerranée, ce sont les Azuréens qui vont ouvrir le score dès la 18e minute, Kolodiezac trompait le gardien montpelliérain d'une superbe tête à la suite d'un corner frappé par Bauthéac.
Pas de quoi perturber outre mesure Montpellier. Un petit quart d'heure plus tard, Camara égalisait profitant d'une grosse erreur d'Amavi.

Les Héraultais ne vont pourtant pas tenir la rencontre bien longtemps. Eysseric s'enfonçait dans une défense montpelliéraine bien apathique et trompait Pionnier d'un tir du gauche.

Les Azuréens viraient en tête au repos, 2 buts à 1.

En seconde période, Montpellier va petit à petit prendre la match à son compte et à la 52e minute, Tiéné trompait sur coup franc, le gardien niçois sur une frappe enroulée. Score final 2 buts partout.

Montpellier est désormais 11e de ligue 1 avec 5 points.


Jean Fernandez (entraîneur de Montpellier) :
"Nous sommes revenus deux fois au score, avec une bonne réaction après une première période très difficile. Nous égalisons à 1 partout sur une erreur défensive adverse. Nous savions que ce serait compliqué devant un OGCN jouant son tout dernier match au Ray. Mais nous avons été surpris et dominés d'entrée. Nous prenons quand même trop de buts à l'extérieur. Il y a du travail à faire au plan défensif".

Retour sur le match

Les Niçois, qui ont mené deux fois au score, n'ont pas su aller au bout de leurs intentions devant un vaillant Montpellier, réduit à dix dans le final, qui a su profiter des erreurs défensives azuréennes pour revenir par Camara et Tiéné en réponse à Kolodziejczak et Eysseric.
Nice et Montpellier remontent respectivement à la 12e et 11e place du classement avant l'affiche de la journée entre Marseille et Monaco.
Si loin des inhibitions européennes et de son élimination en barrage de l'Europa League par l'Apollon Limassol, le GYM s'est mis au diapason d'un dimanche très particulier à Nice, celui de la der des ders au Ray. L'équipe de Puel a pris le match par le bon bout avec 60% de possession de ballon en première période, devant un Montpellier dont la plaque tournante, Cabella, est restée très isolée.

En jambes et plus inspirés, les Aiglons ont concrétisé leur domination sur un corner de Bauthéac repris d'une tête décroisée par Kolodziejczak (1-0, 18), auteur au passage de son premier but en 53 matches en L1.
Une ouverture anodine de Tiéné a sorti Montpellier du guêpier, le jeune latéral gauche azuréen Amavi, un stagiaire de 19 ans, marchant sur le ballon à l'entrée de la surface. Camara, souvent en réussite au Ray depuis son départ de Nice, a plongé dans son dos, réussi un crochet extérieur et a ajusté une frappe croisée du droit pour égaliser contre le cours du jeu (1-1, 34).
Mais Nice a repris rapidement la marque sur une ouverture de Mendy et un numéro d'Eysseric enfin libéré. Le milieu a effacé El Kaoutari pour loger du gauche le ballon entre le premier poteau et Pionnier (2-1, 43). Il n'avait plus marqué depuis le 22 février et une longue suspension de 11 matches suite à un tacle dangereux sur le Stéphanois Jérémy Clément.
Peu après la reprise, un pied trop haut d'Amavi, décidément malheureux, sur Montano a offert sur un plateau aux Héraultais un coup franc idéalement placé à l'entrée de la surface. L'ancien Parisien Tiéné a parfaitement enroulé sa frappe du gauche pour relancer sa formation (2-2, 52). Montpellier a durci le jeu, écopant de trois cartons jaunes en dix minutes, et même d'un rouge direct pour Bakar (83e) entré à la pause à la place de Mounier, un ex-Aiglon resté discret.

Volontaires jusqu'au bout, les Niçois ont montré qu'ils avaient des ressources physiques et mentales après la cruelle désillusion chypriote, à défaut d'avoir pu dire adieu à leur Ray avec un succès, avant de découvrir leur nouvelle enceinte de l'Allianz Arena, le 22 septembre, face à Valenciennes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montpellier hérault sc ogc nice football sport