Ligue 1 : Rolland Courbis "On peut parler d'une saison charnière après le vertige de 2012"

Montpellier, heureux champion de France en 2012, redécouvre la vie ordinaire d'un club de milieu de tableau, préoccupé par sa survie dans l'élite et avec des ambitions modestes. Le MHSC a bouclé sa saison 2013-2014 à la 15e place.

Rolland Courbis, entraîneur du MHSC, invité du 19/20 Languedoc-Roussillon - 31 juillet 2014.
Rolland Courbis, entraîneur du MHSC, invité du 19/20 Languedoc-Roussillon - 31 juillet 2014. © F3 LR

Budget un peu plus réduit (40 millions d'euros), nombre d'abonnés en baisse, effectif encore amputé de quelques talents, à l'image de Rémy Cabella, et recrutement sans coup d'éclat: le club du président Louis Nicollin, qui fêtera son 40e anniversaire à la tête du MHSC en novembre, cherchera seulement à faire un peu mieux que la saison passée, bouclée à la 15e place.

"Notre objectif est de réussir une meilleure saison que l'an passé. Pour cela, nous devons obtenir le plus vite possible le maintien. Ensuite, on verra ce que l'on peut faire", prévient Laurent Nicollin, président délégué, qui prend acte de son nouveau statut. "La fin de cycle a débuté dès après le titre, avec le départ de certains joueurs. Aujourd'hui, nous sommes un club dans la moyenne haute, avec des hauts et des bas", concède-t-il.




De 2009 à 2013, porté par une belle dynamique et l'ambition de l'ancien entraîneur René Girard, Montpellier s'est hissé dans le haut de la hiérarchie

Une qualification en Europa League (2010), une finale de la Coupe de la Ligue (2011) et un titre de champion de France (2012), il a enchaîné les belles saisons pour s'offrir une tranche de grandeur avant de subir une dégringolade.

Depuis le départ de Girard et l'échec de son remplacement par Jean Fernandez --écarté en décembre dernier et remplacé par Rolland Courbis--, Montpellier glisse sur la mauvaise pente. Et tout comme à l'été 2013, le club héraultais s'est séparé de son meilleur joueur, en l'occurrence Cabella, transféré à Newcastle pour 10 millions d'euros environ. Le nouvel international (24 ans), qui a été du voyage avec les Bleus au Brésil, a été le grand artisan du maintien de Montpellier en Ligue 1 la saison passée en réussissant 14 buts et cinq passes décisives.

Pour faire face au départ de Cabella, au retour à l'AC Milan de l'attaquant Mbaye Niang et au possible transfert de Benjamin Stambouli, approché par Porto, Montpellier a misé sur trois joueurs à la modeste réputation. Outre l'inconnu défenseur argentin Gissi, il a engagé l'attaquant Cédric Bérigaud et le milieu de terrain Paul Lasne, arrivés respectivement d'Evian-Thonon et Ajaccio, deux clubs habitués au maintien.
L'entraîneur Rolland Courbis aura encore beaucoup de travail pour redonner de l'ambition à une équipe soumise à l'état de forme incertain du milieu Jamel Saihi et de l'attaquant Karim Aït-Fana. Courbis, qui débute une saison sur un banc de Ligue 1 pour la première fois depuis 10 ans, désire s'investir sur le moyen terme.

Pas de matchs amicaux pour éviter les blessures

"Aider Montpellier à se sauver est devenu une de mes spécialités. Si je peux l'aider à se reconstruire, et à construire sur une durée de deux, trois, quatre voire cinq ans, ce n'est pas inenvisageable pour moi. Je suis dans un endroit que j'aime bien et c'est réciproque", sourit le technicien, âgé de 60 ans.


Alors que Louis Nicollin a évoqué pour la première fois une possible retraite au terme de l'actuelle saison --avant de démentir dans la foulée--, Montpellier se cherche un avenir ou au moins un second souffle. En attendant l'émergence d'une nouvelle génération issue du centre de formation et l'inauguration de son nouveau centre d'entraînement, prévue a priori au coeur de l'automne, le club s'apprête à vivre une nouvelle saison de transition, loin de l'euphorie des années Girard.

durée de la vidéo: 04 min 47
Invité du 19/20 : Rolland Courbis entraîneur du MHSC

L'entraîneur Rolland Courbis estime que Montpellier, sacré champion de France en 2012, aborde "une saison de transition", nécessaire pour reconstruire à moyen terme, une équipe compétitive.

Q: Quel est votre sentiment avant la reprise de la saison ?

R: "On est dans une situation calme tout en étant conscients du challenge passionnant mais pas évident qui nous attend. En très peu de temps, lors des trois mercatos des 12 prochains mois, nous devons essayer de mettre en place un nouveau groupe après la fin de cycle consécutive au titre. Il est anormal d'avoir dégringolé pendant un an et demi après le titre de champion de France, même si le titre était trop élevé. Quand la descente part de très haut, elle est un peu plus vertigineuse --au point que l'on a frisé la correctionnelle et la chute en Ligue 2. Elle aurait été catastrophique sur un plan psychologique, pour Loulou (Louis Nicollin, président du club, ndlr), la famille Nicollin, et tous les salariés du club, mais aussi au regard des futures installations. Pour rétablir l'équilibre, pas seulement financier, il faut mettre en place un groupe de qualité avec un bénéfice dans les achats et les ventes, et la volonté qu'il soit supérieur au groupe de l'après-titre. Je ne sais pas si l'on va y arriver, mais on est motivés pour ça. Et j'ai la chance d'être d'accord neuf fois sur dix avec Loulou, Laurent (Nicollin, le président délégué), Michel (Mézy, conseiller du président), et tous les responsables importants du club. Aider Montpellier à se sauver est devenu une de mes spécialités. Si je peux l'aider à se reconstruire, et à construire sur une durée de deux, trois, quatre voire cinq ans, ce n'est pas inenvisageable pour moi. Je suis dans un endroit que j'aime bien et c'est réciproque. Si un jour il est question de changement d'entraîneur, entre Loulou Nicollin et moi, ce ne sera pas un problème."

Q: Quelle est l'ambition de Montpellier pour cette saison ?

R: "Comme tous les clubs qui sont dans notre catégorie, on vise le traditionnel maintien. Je ne pense pas une seconde qu'il ne puisse pas y avoir au moins trois équipes derrière nous. Je n'ai pas l'ombre d'un début de traumatisme à ce sujet même s'il n'est pas évident de perdre Cabella, voire Stambouli. Comme chaque équipe qui peut perdre ses deux meilleurs joueurs, et qu'elle remplace par trois ou quatre autres éléments, elle n'est pas sûre d'être meilleure. Mais ce n'est pas exclu. On verra ça sur le terrain, par nos résultats et notre manière de les obtenir."

Q: Peut-on considérer que vous êtes à l'aube d'une saison de transition ?

R: "On peut parler de saison de transition. Mais nos supporteurs ne doivent pas croire que ce sera une saison bidon et qu'ils devront attendre 12 mois pour revoir Montpellier. Une saison de transition, conditionnée par les obligations de changements, n'est pas forcément ratée sur le plan sportif. A moyen terme, l'objectif est de s'installer le plus vite possible dans les 10 premiers et ne plus en bouger. Lors d'une saison où ça ne rigole pas, on finira 12e, en évitant désormais de flirter avec les 15e ou 16e places. Et une saison où ça rigole, pourquoi ne pas viser la 4e, 5e, 6e ou 7e places. Parallèlement, pourquoi ne pas atteindre une finale de Coupe de la Ligue ou de coupe de France, et la gagner ? Ce ne sera pas un objectif, mais un souhait."
Ligue 1 - Fiche de Montpellier - MHSC
Nom du club: Montpellier Hérault Sport Club
Classement Championnat de France Ligue 1 2013-2014: 15e (42 pts)
Président: Louis Nicollin
Entraîneur: Rolland Courbis
Nom du stade: La Mosson
Capacité: 30.000 places environ
Budget: 40 millions d'euros

Palmarès:
Champion de France: 2012
Vainqueur de la Coupe de France: 1990
Equipe type probable: Jourdren - Gissi, Hilton (cap.), Congré, El Kaoutari - Saihi, Sanson, Lasne - Bérigaud, Montaño, Mounier.

Effectif:
Joueurs déjà présents: Geoffrey Jourdren (g), Laurent Pionnier (g), Jonathan Ligali (g) - Daniel Congré (d), Abdelhamid El Kaoutari (d/MAR), Vitorino Hilton (d, BRA), Mathieu Deplagne (d), Yassine Jebbour (d), Siaka Tiéné (d, CIV), Nicolas Saint-Ruf (d) - Benjamin Stambouli (milieu), Jamel Saihi (m/TUN), Joris Marveaux (m), Bryan Dabo (m), Morgan Sanson (m), Jonas Martin (m) - Souleymane Camara (a/SEN), Karim Aït-Fana (a, MAR), Anthony Mounier (a), Victor-Hugo Montaño (a, COL), Djamel Bakar (a), Jean Deza (a, PER).

Arrivées: Cédric Bérigaud (a/Evian-Thonon) - Dylan Gissi (d/IT/ARG/SUI/ Olimpo/ARG)) - Paul Lasne (m/Ajaccio), Bryan Dabo (m/rp), Gianni Seraf (m/pc) - Steve Mounié (a/pc), Quentin Cornette (a/pc).

Départs: Teddy Mezague (d, Mouscron/BEL), Garry Bocaly (d/Arles-Avignon/L2), Vincent Di Stefano (d/fc) - Jeffrey Assoumin (m/fc), Rémy Cabella (m/Newcastle/ENG) - Emanuel Herrera (a/ARG/ Emelec/ECU/résiliation contrat), Mbaye Niang (a/Milan AC/rp), Jonathan Tinhan (a/Istres/Nat).

(g: gardien, d: défenseur, m: milieu, a: attaquant)
(p: prêt, rp: retour de prêt, fc: fin de contrat, pc: premier contrat)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montpellier hérault sc football sport ligue 1