Mondial-2015 : 5.000 fans à Perpignan pour assister à l'entraînement de l'équipe de France

Après 5 jours de préparation en Vallespir, l'équipe de France de rugby termine son séjour catalan par un entraînement, ouvert au public, au stade Aimé-Giral à Perpignan. 5.000 personnes étaient là, ce jeudi matin, pour voir les Bleus avant leur départ, cet après-midi, pour Twickenham.

Perpignan - le XV de France à l'entraînement au stade Aimé-Giral - 13 août 2015.
Perpignan - le XV de France à l'entraînement au stade Aimé-Giral - 13 août 2015. © F3 LR O.Meyer

Le XV de France a fait sensation sur la pelouse du stade Aimé-Giral, où évolue l'USAP, le club de Perpignan. Petits et grands étaient très nombreux pour assister à cette présentation.

durée de la vidéo: 01 min 10
Perpignan : le XV de France à Aimé-Giral

Les Bleus décolleront dans l'après-midi pour Londres, à deux jours de la rencontre programmée samedi à 21H00 françaises contre Twickenham.

Perpignan - 5.000 fans pour voir le XV de France à l'entraînement au stade Aimé-Giral - 13 août 2015.
Perpignan - 5.000 fans pour voir le XV de France à l'entraînement au stade Aimé-Giral - 13 août 2015. © F3 LR O.Meyer


Fulgence Ouedraogo: "il faut être raisonnable"

Le troisième ligne du XV de France Fulgence Ouedraogo appelle à "être raisonnable" dans "les conclusions" qu'il faudra tirer du premier match de préparation à la Coupe du monde, samedi face à l'Angleterre à Twickenham.

"Il faut être raisonnable sur les conclusions qu'on tirera après ce match", a déclaré à l'AFP le flanker.

Pour moi, c'est toujours compliqué de tirer des bilans des matches amicaux, des matches de pré-saison", développe le capitaine du MHR de Montpellier.


"En 2007, le XV de France avait gagné à Twickenham (21-15) puis en France contre l'Angleterre (22-9), mais avait perdu son premier match de Coupe du monde contre l'Argentine (12-17). En 2011, on avait gagné nos deux matches de préparation (contre l'Irlande) et notre premier match n'avait pas été abouti" (contre le Japon, victoire 47-21), rappelle-t-il.

"A l'inverse, perdre en matches de préparation peut donner de la pression et l'on peut se reconcentrer, se remobiliser sur cette peur. Bref, il n'y a pas de vérité, juste des points qui vont apparaître et qui nous donneront une photographie de notre jeu et nous diront sur quoi il faut bosser plus particulièrement", explique Ouedraogo.

Saluant "la concentration, l'application" du groupe qui prépare ce premier test au domaine de Falgos, dans les Pyrénées-Orientales, Ouedraogo (28 ans, 36 sél) espère que le collectif va "trouver les repères, les timings, retrouver du rythme dans le jeu" samedi, en dépit de la "fatigue" de la préparation physique.

Car, même si ce match a de fortes chances de ne pas être totalement abouti, les deux équipes étant en rodage, les joueurs essayeront de tirer leur épingle du jeu: le groupe sera, en effet, réduit de 36 à 31 éléments le 23 août, au lendemain du deuxième test contre l'Angleterre.

On se dit que si l'équipe fait un bon match, on aura plus de chances à titre individuel de marquer des points", souligne Ouedraogo, qui n'est plus apparu en Bleu depuis un an et devrait être titulaire samedi.


"Moi, je veux juste essayer d'être dans le rythme, d'apporter mes qualités, de faire un match complet, de répondre aux attentes des coaches. Je vais essayer de me rendre disponible, de bien me déplacer, de coller au ballon, détaille-t-il. Après, on sait qu'il y a une concurrence et ça donne un peu de pression. Mais il faut s'en libérer pour faire un match propre.".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rugby sport montpellier hérault rugby usap