Montpellier adopte une régie publique de l'eau pour 2016

Veolia va perdre le contrat de délégation de gestion de l'eau, qu'elle détenait depuis 1990 à Montpellier. L'Agglomération a adopté, mercredi soir, le passage en régie publique à compter du 1er janvier 2016, conformément à la promesse de campagne du maire DVG Philippe Saurel.

Montpellier - assemblée générale du conseil communautaire de l'agglomération - archives
Montpellier - assemblée générale du conseil communautaire de l'agglomération - archives © F3 LR

La délibération, qui concerne l'eau potable et l'eau brute, mais pas l'assainissement, a été votée à main levée, lors d'une assemblée extraordinaire du conseil de Montpellier agglomération avec 77 voix pour, 14 abstentions et 1 non votant.

"L'eau est un bien commun. Elle tient un rôle essentiel", a souligné Philippe Saurel, président de Montpellier agglo qui veut en tirer "une baisse du prix de l'eau" mais aussi permettre "une nouvelle approche des services de l'eau".




Pour l'instant, le changement de régime de gestion de l'eau concernerait 13 communes de Montpellier Agglo sur les 31, celles dont les contrats arrivent à échéance, dont Montpellier.

Le retour à la régie publique de l'eau, une idée ancienne

En juillet dernier, le conseil de communauté de Montpellier agglomération, présidé alors par le socialiste Jean-Pierre Moure, avait adopté la poursuite de la délégation du service de l'eau pour une durée de sept ans, à compter du 1er janvier 2015.
Le contrat prévoyait une baisse du prix de l'eau d'au moins 10 %, une aide pour les personnes en difficulté et envisageait un possible retour à la régie publique.
Un appel d'offre avait été lancé en ce sens dont le résultat devait être connu lundi.

Dans un entretien avec le Midi Libre, Veolia a rompu mercredi le secret de sa réponse à l'appel d'offre et annoncé que l'entreprise avait prévu une baisse de 50 % de son prix de l'eau.
"L'attitude de Veolia ne m'impressionne pas", a commenté Philippe Saurel.

"Pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant", a ajouté le vice-président de l'agglomération en charge de ce dossier et maire de la commune de Grabels, le Front de gauche René Révol.


Le passage en régie publique n'a pas connu d'opposition forte. Seules quelques voix, notamment celle de l'UMP Jacques Domergue, ont souhaité que l'assemblée prenne son temps dans un dossier compliqué avant de se décider définitivement.
L'adoption du passage en régie publique concernant l'assainissement est prévue à moyen terme.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agglomération politique entreprises philippe saurel