Cet article date de plus de 8 ans

Ouverture d'une enquête préliminaire sur la gestion du conseil régional Languedoc-Roussillon

Le parquet de Montpellier a annoncé, jeudi, avoir ouvert une enquête préliminaire concernant la gestion du conseil régional Languedoc-Roussillon pendant la période 2005-2011 à la suite de la publication d'un rapport de la Chambre régionale des comptes.
Montpellier - session du conseil régional du Languedoc-Roussillon - archives
Montpellier - session du conseil régional du Languedoc-Roussillon - archives © Conseil régional Languedoc-Roussillon

Cette enquête, qui concerne essentiellement la présidence Georges Frêche, a été confiée à la division financière du SRPJ de Montpellier, a précisé le quotidien Midi Libre qui a révélé l'information.

Le rapport de 128 pages, vivement critiqué par le successeur de Georges Frêche, le socialiste Christian Bourquin, a fait l'objet d'un signalement au parquet de Montpellier de la part du procureur financier de la Chambre des comptes, a souligné le parquet.
Dans ce rapport, la Chambre étrille la gestion de la collectivité. Elle met en cause notamment les charges de personnel, le manque de transparence dans les marchés publics, notamment en matière de communication, ou encore l'opération LoRdi qui consiste à remettre un ordinateur à tous les lycéens, sans oublier le budget "voyage".

Les magistrats se sont étonnés de surcroît de quelques bizarreries, comme des montants dépensés en boissons alcoolisées (130.000 euros en 2010, soit 356 euros par jour) ou encore la commande pour plus de 31.000 euros en fournitures de lit et de bain.

Enfin, la Chambre a estimé que le conseil régional n'aurait pas dû prendre en charge des frais funéraires de Georges Frêche pour quelque 50.000 euros. Dans le rapport, c'est d'ailleurs la seule fois où son nom est cité.

La Région dénonce les conclusions du rapport de la Chambre régionale des comptes. Elle se tient prête à répondre devant la justice et devant l'institution de contrôle.
Le service communication nous a informé qu'il ne ferait aucun commentaire supplémentaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
enquêtes justice politique