Cet article date de plus de 7 ans

Les personnels et les élèves du lycée Mermoz de Montpellier toujours en lutte

Le conflit entamé avec le rectorat, depuis l'agression d'une professeure, jeudi matin, se poursuit. Ce lundi, de nombreux enseignants ont encore fait valoir leur droit de retrait. Une délégation s'est présentée au rectorat et a réclamé un filtrage des entrées dans l'établissement.
Montpellier - manifestation des enseignants et lycéens du lycée Mermoz - 9 décembre 2013.
Montpellier - manifestation des enseignants et lycéens du lycée Mermoz - 9 décembre 2013. © F3 LR

Pour la centaine de professeurs réunie en assemblée générale, c'est l'agression de trop.
Depuis quelques années, de nombreux incidents se sont produits dans et hors de l'enceinte de l'établissement montpelliérain.
Pour les enseignants, il s'agit d'une défaillance de la sécurité. Selon eux, l'entrée est ouverte à tout vent, ce qui occasionne l'intrusion de personnes extérieures et entraîne une atmosphère de permissivité.

Le lycée Mermoz, ce sont 350 professeurs, près de 3.000 élèves, anonymat garanti.
Ici, pas de filtrage à l'entrée, aucun agent de sécurité, ni caméra de surveillance.
Il ne s'agit pas de transformer l'établissement en bunker mais certains lycéens estiment ne plus pouvoir étudier tranquillement.

Ce lundi après-midi, enseignants et élèves ont demandé à voir le recteur.
Leur condition préalable à une reprise des cours est le filtrage à l'entrée de l'établissement. Sans cet accord, la grève sera reconduite demain.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève éducation violence manifestation