Cet article date de plus de 7 ans

Les personnels du lycée Mermoz de Montpellier font valoir leur droit de retrait

Après une entrevue, vendredi matin, avec le proviseur et un vote en assemblée générale (90 voix pour et 1 contre), la grève se poursuit, ce lundi, au lycée Mermoz à Montpellier. Tout a commencé, jeudi, après l'agression d'une enseignante dans une salle de classe.
Montpellier - le lycée Mermoz - archives
Montpellier - le lycée Mermoz - archives © google map

Ce lundi matin, les lycéens ont organisé un sitting de protestation devant l'établissement montpelliérain, pour réclamer plus de sécurité dans leur lycée.
Plusieurs professeurs ont à nouveau fait valoir leur droit de retrait, comme jeudi et vendredi, mais d'autres font cours.
Une délégation se rendra une nouvelle fois au rectorat, ce lundi après-midi.


Les enseignants réclament le filtrage des entrées du lycée

Une demande qu'ils avaient réitéré lors du conseil d'administration du 7 novembre dernier.

Une agression jeudi matin et un droit de retrait

Jeudi matin, 2 jeunes sans doute extérieurs à l'établissement se sont introduits dans une salle de cours du lycée Mermoz de Montpellier. Une enseignante a vu ses affaires jetées à terre. Griffée au sang, elle est très choquée et a porté plainte. Ses collègues ont exercé leur droit de retrait, dès le milieu de matinée, jeudi.
Le communiqué des personnels du lycée Mermoz - 5 décembre 2013.
Cette agression est celle de trop ! Ce n’est pas la première.

Depuis quelques années de très nombreux incidents sont  survenus dans l’enceinte du lycée, affectant les enseignants et les élèves. Ce climat délétère d’insécurité a pu s’insinuer à la faveur d’un déni des responsables de cet établissement. De nombreuses fois en effet  ils ont été alertés, par l’ensemble des personnels travaillant au contact du public, de défaillances graves au niveau de la sécurité élémentaire sans qu’aucune réponse satisfaisante n’ait été apportée.
Notons aussi que la vie scolaire (CPE, surveillants) a essuyé de très nombreuses suppressions de postes, les classes sont de plus en plus chargées, et les problématiques de la jeunesse  de plus en plus complexes : en bref, il n’y a pas assez d’adultes pour encadrer les élèves.

Les enseignants exigent une réponse prompte de l’autorité rectorale.

La motion des personnels du 7 novembre 2013

Les assemblées générales d’octobre et du jeudi 7 novembre 2013 ont rappelé les difficiles conditions de travail dans les ateliers, la cafétéria et le bâtiment B. En effet, un climat de tension pour ne pas dire d’insécurité a pu s’installer  pour des raisons qui ne tiennent ni au personnel technique ni au personnel enseignant mais plutôt à un choix de fonctionnement qui est celui de notre lycée : nous sommes le seul établissement de Montpellier à être ouvert à tous les vents, ce qui occasionne l’intrusion d’éléments extérieurs au lycée et entraîne une atmosphère de permissivité.

Nous demandons que les issues du lycée soient fermées et contrôlées ; la réponse qui nous a déjà été faire sur ce sujet ne nous satisfait pas : les lycées Léonard de Vinci et Mendes France ferment leurs portes et pourtant accueillent eux aussi un public diversifié, GRETA et CFA entre autres.


Les incivilités se multiplient au bâtiment B et dans les ateliers :
nous demandons que des sanctions exemplaires et rapides soient prises contre les élèves perturbateurs et nous réclamons une présence visible de l’équipe de Direction au sein du lycée : entrée, ateliers, conseils de classe…
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation violence faits divers