Cet article date de plus de 7 ans

Pas de cours au lycée Mermoz de Montpellier après l'agression d'une enseignante

Ce jeudi matin, 2 jeunes sans doute extérieurs à l'établissement se sont introduits dans une salle de cours du lycée Mermoz de Montpellier. Une enseignante a vu ses affaires jetées à terre. Griffée au sang, elle est très choquée et a porté plainte. Ses collègues ont exercé leur droit de retrait.
Lycée Mermoz à Montpellier (archives)
Lycée Mermoz à Montpellier (archives)

Les faits se sont produits entre 9 et 10 heures du matin, dans une salle de classe du lycée Mermoz, à Montpellier. 2 élèves (un garçon et une fille), vraisemblablement extérieurs à l'établissement, se sont introduits dans une salle de classe.

Une enseignante témoigne

Ils ont balayé les affaires de l'enseignante qui se trouvaient sur son bureau. S'en est suivi une empoignade dans laquelle le professeur a été griffé au sang à la main. Une blessure qu'elle a fait constater avant de porter plainte. Très choquée, elle a dû être emmenée à l'infirmerie.
C'est le témoignage que nous a apporté Pascale Bridai, représentante du syndicat enseignant SNES dans l'établissement, qui donnait un cours à la même heure dans la salle attenante à celle où se sont déroulés les faits.

Dépôt de plainte et droit de retrait

Aussitôt après, la quasi totalité des enseignants présents ce matin, soit 230 sur les 350 que compte le lycée, ont cessé les cours. Ils ont fait valoir leur droit de retrait pour le reste de la journée.
Une assemblée générale s'est ensuite tenue, en présence de 170 professeurs. Ils dénoncent l'absence de filtrage aux entrées du lycée Mermoz. Depuis plusieurs années, les enseignants réclament en vain un contrôle strict aux 2 entrées de l'établissement.

Les enseignants réclament le filtrage des entrées

Une demande qu'ils avaient réitérée lors du conseil d'administration du 7 novembre dernier.
Ce vendredi, ils ont convenu de se retrouver à 7 heures 45 pour décider des suites éventuelles à donner à leur action.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers éducation violence