Top 14 : Montpellier s'impose de peu 15 à 13 à domicile face à Bordeaux-Bègles

Montpellier - rencontre MHR - Bordeaux-Bègles - Martin et Combezou encerclent Sanchez - 23 février 2013 / © AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS
Montpellier - rencontre MHR - Bordeaux-Bègles - Martin et Combezou encerclent Sanchez - 23 février 2013 / © AFP PHOTO / SYLVAIN THOMAS

Victoire de justesse et à l'arrachée en seconde période pour le MHR lors de cette 19e journée de championnat de Top 14. Montpellier s'en sort bien sans avoir inscrit le moindre essai.

Par Fabrice Dubault


A l'issue de la 19e journée de Top 14, Montpellier reste 5e du championnat, derrière Toulon, Clermont, le Stade Toulousain et Castres. Castres qui sera justement le prochain adversaire du MHR, samedi 2 mars à 18h30, une rencontre jouée dans le Tarn.

Sans réel relief, le match a totalement reposé sur 5 pénalités de Paillaugue (3, 11, 26, 45, 73). Le MHR lui doit sa victoire.

Une victoire 15 à 13 face à Bordeaux

Montpellier, laminé la semaine passée à Toulon (51-6), a éprouvé beaucoup de mal pour remporter une victoire étriquée (15-13) aux dépens d'une tenace équipe de Bordeaux-Bègles.
A la suite de cette 12e victoire, l'équipe de Fabien Galthié, absent pour cause d'obligation médiatique, s'accroche à la 5e place, à une longueur de Castres où elle se déplacera la semaine prochaine.
A une semaine de son rendez-vous décisif face à Agen, Bordeaux-Bègles rétrograde à la 13e place mais empoche un précieux point de bonus défensif. Montpellier, privé de plusieurs internationaux (Trinh-Duc, Gorgodze, Nariashvili, Beattie) et de quelques blessés majeurs comme le capitaine Fulgence Ouedraogo, n'a jamais réussi à mettre son jeu en place et s'est sorti d'affaire grâce à son buteur Benoît Paillaugue, auteur des quinze points.
Au bout d'une première période confuse (9-3), Montpellier ne devait son court avantage qu'à la réussite de son demi de mêlée et buteur Paillaugue, qui exploitait les fautes bordelaises.
Bordeaux, plus souverain en conquête, manquait trop de lucidité pour profiter de deux ou trois occasions, se voyant refuser un essai à la vidéo (23).

Si Montpellier offrait un jeu plus cohérent après la pause, il était toutefois piégé sur un essai en contre inscrit par Talebula, entré en cours de jeu à la place de Brana. L'ailier fidjien interceptait une passe de Bosch pour marquer entre les poteaux et permettre ainsi au buteur Sanchez de donner pour la première fois l'avantage à Bordeaux (12-13).
Dans les dix ultimes minutes, Paillaugue, capitaine d'un jour, inscrivait une cinquième pénalité et offrait la victoire à Montpellier, alors que le buteur bordelais Sanchez manquait une ultime pénalité à deux minutes de la fin.

Réactions d'après victoire

Stéphane Glas (entraîneur de Montpellier) :
"Le seul point positif de la journée est de s'en être sorti. C'était pourtant loin d'être fait à un quart d'heure de la fin. On n'est pas rentré dans le match. On avait toujours un temps de retard. On avance, car on gagne, mais dans la douleur. C'est inquiétant sur le court terme. On n'est pas très bien à Toulon, on n'est pas très bien face à Bordeaux. Il reste encore un peu de temps, mais nous devons faire mieux que ça.
On a eu une semaine difficile, avec pas mal de pépins: Figallo, Bias, Fernandez s'est à peine entraîné. Bustos Moyano et Bustos avaient une +gastro+. Il ne faut pas trop se poser de questions, car on va enchaîner deux matches importants devant Castres et le Racing-Métro".

Benoît Paillaugue (capitaine de Montpellier) :
"Je ne sais pas si c'est un miracle, mais on ne fait pas un bon match. On a laissé jouer Bordeaux. On ne peut pas être satisfait par un match comme ça, on a juste la chance d'avoir gagné. Il y a des matches où l'on passe à côté et on prend une rouste, comme le week-end dernier (à Toulon, ndlr). Il y a d'autres fois où on a un peu de réussite et où on gagne. On n'a pas mis ce qu'il fallait dans ce match. On s'était promis d'être plus agressifs, on l'a pas fait. Dès que l'on tenait un peu le ballon, on mettait du rythme. On va vite se remettre au travail, car on a deux matches très importants en vue de la qualification. Nous devons nous remettre la tête à l'endroit et rester concentrés. On n'a pas sous-estimé Bordeaux qui a réussi un très bon match, alors que nous n'avons pas été performants. On s'est fait bousculer en mêlée, en touche, sur les mauls. On ne peut pas faire un grand match de rugby dans ces conditions. Le seul point positif de la soirée est d'avoir remis la main sur le ballon à dix minutes de la fin, quand on était mené".

Rémy Martin (troisième ligne de Montpellier) :
"Cela a été dur en première période, cela a été dur en seconde période. Cela a été dur en touche, cela a été dur en mêlée. Cela a été dur car on n'avait pas de ballons. Cela a été dur car on n'a pas été à la hauteur dans les rucks. Il faut une grosse remise en question avant de partir à Castres. Les autres équipes engrangent les points. On prend les points aussi, mais on aurait pu en prendre qu'un seul. Il n'y a pas grand chose à dire de plus. Heureusement que Paillaugue a 100% de réussite. Au niveau de l'engagement et de l'agressivité, on a zéro sur dix. On doit avoir une grosse remise en question avant de jouer à Castres. On s'est dit toute la semaine qu'il fallait respecter cette équipe. Je ne suis pas sûr qu'on l'a respecté".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus