Cet article date de plus de 7 ans

L'université de Montpellier 3 pourrait tester le tirage au sort pour limiter le nombre d'étudiants en 2014

A Montpellier III, pas question de fermeture de fac. Mais d'un tirage au sort à la rentrée 2014, pour limiter le nombre d'étudiants inscrits dans certaines filières. Les comptes de l'université sont dans le rouge, pour la présidente, il n'y pas d'autres choix.
Montpellier - des étudiants à l'université Paul Valéry UM3 - septembre 2013.
Montpellier - des étudiants à l'université Paul Valéry UM3 - septembre 2013. © F3 LR

La nouvelle se repend dans le campus...
La fac de lettres de Montpellier pourrait limiter le nombre d'inscriptions en première année de licence à la prochaine rentrée, pour faire des économies. Et comme à la loterie, ce serait par simple tirage au sort.

Sont concernées, les filières aux effectifs plétoriques. Arts plastiques, psychologie, cinéma. Cette dernière spécialité a gagné 130 élèves en 1 an, pour un nombre d'enseignants constant.
L'instauration de quotas est soumise à l'autorisation du Recteur, mais le tirage au sort des candidats est prévu par la loi.

L'université Paul Valéry est passée de 14 à 20.000 étudiants en 5 ans.
Le numerus clausus, par tirage au sort, fait partie du panel de mesures imaginées pour enrayer son déficit.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation politique