Cet article date de plus de 4 ans

Affaire Prodexport : le directeur et sa femme relaxés en appel 13 ans après la plainte de la région

Accusé d'abus de confiance en 2004, au changement de majorité à la tête de Conseil régional du Languedoc-Roussillon, le couple De Pouzilhac est finalement relaxé 13 ans plus tard. L'ancien directeur de Prodexport avait été condamné en 2015, à 2 ans de prison avec sursis et 465.000 euros d'amende.
Nouveau palais de justice de Montpellier - Illustration
Nouveau palais de justice de Montpellier - Illustration © MAXPPP
La guerre politico-judiciaire entre Georges Frêche et Jacques Blanc, après le changement de majorité politique à la Région en 2004, se termine par une relaxe générale, dans l'affaire Prodexport.
Il s'agissait d'une société satellite du conseil régional du Languedoc-Roussillon, sous la présidence Jacques Blanc, destinée à promouvoir notre région et nos produits à l'étranger.

Condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier en 2015, à de la prison avec sursis et au total à 465.000 euros d'amende et de dommages et intérêts, pour abus de confiance et faux et usage de faux, Philippe de Pouzilhac, ancien directeur de Prodexport et sa femme sont donc relaxés par arrêt de la cour d'appel.
Ils avaient déjà obtenu un non-lieu dans cette même affaire en 2012, pour l'accusation de favoritisme.

Le tribunal correctionnel de Montpellier jugeait les 4 dernières années, 2001 à 2004, de la gestion de Philippe de Pouzilhac à la tête de Prodexport.
L'enquête avait mis au jour un circuit financier via le Luxembourg, l'Espagne et le Bélize, laissant pensé qu'il y avait eu un enrichissement personnel.

Le parquet général a 5 jours pour se pourvoir en cassation.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique enquêtes georges frêche