• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un cheval atteint du virus de “West Nile” détecté à Fabrègues, près de Montpellier

Le virus West Nile dans le sang - illustration / © DR
Le virus West Nile dans le sang - illustration / © DR

La Direction de la protection des populations de l’Hérault vient de confirmer la détection d’un cheval positif au virus de la maladie de West Nile, près de Montpellier à Fabrègues. Le virus avait disparu de France métropolitaine depuis 2007 mais 2 cas ont aussi été recensés en Camargue.

Par Fabrice Dubault


Plusieurs cas ont été déclarés dans les Bouches-du-Rhône et le Gard, depuis fin août

La fièvre West-Nile, également connue sous le nom de "fièvre à virus du Nil Occidental", est une maladie virale transmise par les moustiques qui se contaminent exclusivement par des oiseaux infectés. Les équidés et l’Homme peuvent être atteints par la fièvre West-Nile quand ils sont piqués par des moustiques infectés, de même que d’autres mammifères.

Les équidés infectés révèlent la présence du virus dans une zone mais ne transmettent pas eux-mêmes la maladie et ne représentent pas un danger pour l'homme. Ils peuvent être protégés par des vaccins spécifiques et des mesures de protection contre les moustiques.

Le réseau des vétérinaires sanitaires a été spécialement activé début septembre pour le développement de la vigilance (cas cliniques équins) de même que les acteurs du réseau SAGIR (surveillance sanitaire de la faune sauvage) pour la surveillance des mortalités d’oiseaux.

Cette maladie pouvant atteindre l'Homme (entraînant le plus souvent une infection inapparente ou banale, avec syndrome grippal, et exceptionnellement une encéphalite ou d’autres désordres neurologiques), il est recommandé aux personnes :

  • de réduire dans la mesure du possible la présence de moustiques autour des habitations, en particulier de supprimer les eaux stagnantes sur les terrasses et dans les jardins (vases, soucoupes de pots de fleurs, gouttières mal entretenues, pneus usagés, etc...)
  • de se protéger contre les piqûres de moustiques, principalement le soir et la nuit et d’éviter la fréquentation des zones humides pour les personnes immunodéprimées.
  • le soir à l'extérieur : porter des vêtements amples, clairs et couvrant bras et jambes, appliquer sur les zones de peau découvertes un produit répulsif, en respectant les contre-indications et dans les zones particulièrement humides, imprégner les vêtements avec un produit insecticide spécial pour les tissus 
  • la nuit dans les habitations : il est possible d’utiliser des diffuseurs insecticides, ou de se protéger par des moustiquaires
Les établissements de santé ont été informés, dès le début septembre, de la nécessité de renforcer la vigilance chez les personnes fréquentant les zones impactées, de même que les médecins des communes concernées.

Plus d'informations sur le virus avec le site du ministère de l'Agriculture et avec le site du ministère de la Santé.

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus