Confinement coronavirus : les théâtres privés en danger à Montpellier et en Occitanie

Comme tous les lieux de spectacles, ils ont été contraints de stopper leur programmation et l'accueil du public le dimanche 15 mars. Cette interruption de programme forcée, confinement face au coronavirus oblige, plombe grandement les finances de ces petites structures que sont les théâtres privés.
En octobre dernier, Florian Martinez a créé, avec un associé, le théâtre de l'Odéon. Un théâtre dédié à l'humour et la comédie. Mais depuis le 15 mars, la salle implantée à Pérols, près de Montpellier, a fermé ses portes.
Pour Florian Martinez, c'est un vide brutal : 

Le théâtre était en pleine ascension, et en février il avait accueilli plus de 4 500 spectateurs. Le mois de mars apparaissait tout aussi prometteur.

Plongeon financier pour cause de Covid

Une fermeture suivie d'un plongeon financier : le théâtre de l'Odéon a dû mettre fin à sa collaboration avec une quinzaine de comédiens. Si les responsables de la salle ont pu obtenir un report des loyers, leurs charges fixes continuent à courir. Parce qu'ils gèrent un théâtre privé, les fondateurs de l'Odéon ne peuvent prétendre à des subventions de la part des collectivités territoriales. Dans le contexte Covid-19, un patron de théâtre privé dont l'activité s'arrête,  bénéficie seulement du fonds national de solidarité au même titre qu'un entrepreneur.
Pour Florian Martinez, cette aide de 1 500€ paie à peine les charges fixes et ne permet pas de se salarier.
 

10 000 € par théâtre ou la faillite !


Dans la région, comme sur d'autres territoires en France, le théâtre privé est aujourd'hui en mode survie. Habituellement, sur leurs bénéfices, ces PME (Petites et Moyennes Entreprises) de la culture versent une taxe de 3,5% à l'Association de Soutien aux Théâtres Privés (ASTP).
Mais selon Florian Martinez, "cette association a tendance à redistribuer son aide aux seuls théâtres parisiens."

D'où la création d'une fédération - TPR (Théâtres Privés en Région) – qui regroupe 70 salles en France. Le noyau dur de  l'association se situe à Montpellier, et les 3 plus gros théâtres privés de la ville ont déjà rejoint TPR.
L'Odéon, la Comédie du Mas du Pont et le Kawa théâtre totalisent 120 000 spectateurs par an, sans aucune subvention. Florian Martinez compte arguer de ce poids économico-culturel pour demander une aide exceptionnelle aux collectivités territoriales (Métropole de Montpellier, Département de l'Hérault, Région Occitanie)
Pour TPR, il faut injecter 10 000€ dans chaque théâtre privé pour éviter tout risque de faillite.

La Région Occitanie ne prévoit pas d'aide spécifique pour le théâtre privé, mais des aides aux entreprises et aux associations, en parallèle au fonds de solidarité régional qui vient appuyer celui de l'Etat.
Aujourd'hui, la seule aide dédiée aux théâtres privés provient du Ministère de la culture et ses 5 millions d'euros pour l'ensemble des salles en France. 

Des masques sur scène ?


Tony Mayet dirige le Kawa, un café-théâtre montpelliérain qui fait rire ses spectateurs depuis 18 ans.
Comme son confrère de l'Odéon, il n'a pas le sourire et entrevoit une reprise difficile :

Rouvrir oui, mais comment ? Les gestes barrière appliqués au café-théâtre se traduiraient par des rangs clairsemés, des séparations en plexiglas entre le public et la scène, et des comédiens masqués !



Pour le directeur du Kawa, "on perd toute l'essence et la convivialité du spectacle vivant."

L'autre inquiétude repose sur la fréquentation : les spectateurs vont-ils oser la promiscuité après 2 mois de confinement ? Et si la saison démarre tardivement, le public dont le pouvoir d'achat est attendu à la baisse, va t-il consacrer autant de budget pour la culture ?
 


Le soutien de chacun


En attendant l'ouverture de rideaux prévue pour la prochaine saison en septembre/octobre, Théâtres Privés en Région en appelle à la générosité de ses spectateurs de manière très simple : ne pas demander le remboursement des représentations annulées, ou encore acheter aujourd'hui des billets pour les spectacles à venir.

Enfin, TPR prépare un clip dans lequel une trentaine d'artistes connus (Elie Sémoun, Patrick Sébastien, Christophe Alévèque ou Kev Adams entre autres) déclarent leur soutien au théâtre privé, qui est souvent un théâtre qui permet de découvrir de nouveaux talents.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement : envie d'évasion culture crise économique économie