Coronavirus : Lattes-Montpellier renonce à se rendre à Ekaterinbourg en quarts de l'Euroligue de basket

Les basketteuses de Lattes Montpellier, qui devaient se rendre à Ekaterinbourg pour les quarts de finale de l'Euroligue, ont renoncé mardi au déplacement en Russie ce mercredi 11 mars, à la suite des mesures imposées par le pays pour lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus.
 
Samantha Whitcomb et les Gazelles de Montpellier n'iront pas à Ekaterinbourg ce mercredi 11 mars.
Samantha Whitcomb et les Gazelles de Montpellier n'iront pas à Ekaterinbourg ce mercredi 11 mars. © Arka Gdynia - MaxPPP
Le communiqué est tombé en plein milieu de la nuit, peu avant 3 heures, ce mardi 10 mars. Le président du Basket-ball Lattes Montpellier, Franck Manna, a annoncé que son équipe ne se déplacerait pas à Ekaterinbourg, en Russe, pour disputer les quarts de finale de l'Euroligue de basket ce mercredi 11 mars (15 heures), en raison de l'épidémie de coronavirus et des mesures imposées par la Russie. 

La Ville de Moscou a promulgué un décret le 5 mars, complété par des recommandations de l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor, qui prévoit que "toutes les personnes
en provenance des zones dites à risque
(dont la France) sont soumises à 14 jours d'auto-isolement strict". L'ambassade de France à Moscou recommande vivement de reporter un voyage en Russie. "Les joueuses et l'encadrement seraient restées 14 jours en Russie, sans même disputer le match", nous confie Franck Manna, qui a pris cette décision après concertations notamment avec les instances fédérales, le consulat de Moscou, l'ambassade de France en Russie, et la Fédération française de basket, qui le soutient. 
 

Des joueuses soulagées


"Les joueuses sont soulagées de ne pas voyager", ajoute le président, qui dit ne pas regretter une seule seconde d'avoir pris cette décision. "Avant le sportif, il y a la santé."

Le BLMA devait jouer à Ekaterinbourg, double tenant du titre, le premier match de son quart de finale (au meilleur des trois rencontres) d'Euroligue. "Sportivement, c'était un vrai plaisir. Ce quart ouvrait une nouvelle page de l'histoire du club."
 

Quelles conséquences sportives ?


"Nous étudierons avec la Fédération française de basketball et la Fédération internationale de basketball les conséquences de cet état de fait qui s'impose malheureusement
à BLMA",
a ajouté Franck Manna, qui ne connait pas encore le sort de son équipe. Match annulé ? Match reporté ? Rencontre perdue ? Disqualification ? Amende ? Aucune hypothèse n'est pour l'instant écartée. 

Mais le dirigeant a bon espoir. "L'équipe espagnole de Salamanque ne s'est pas non plus déplacée en Russie (à Koursk), la Fédération française de judo a annulé son déplacement à Ekaterinbourg. On espère que la FIBA sera clémente."
 
Volley-ball :
Qualifiées pour la première fois de leur histoire pour les demi-finales de la Challenge Cup, les volleyeuses de Béziers ne sont pas encore fixées sur leur déplacement au Pirée pour y défier l'Olympiakos, le mercredi 18 mars. L'annulation de la rencontre n'est pour l'instant pas prévue. L'Etat grec préconise juste le huis-clos à l'heure qu'il est. La mise en quatorzaine ou quarantaine n'est pas à l'ordre du jour non plus.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
basket-ball sport coronavirus/covid-19 santé société