En Méditerranée, l'eau monte trois fois plus vite que prévu, selon une étude

Un phénomène géologique appelé "subsidence" pourrait aggraver la montée des eaux déjà entamée dans le monde. Les côtes de Méditerranée sont particulièrement touchées selon une étude scientifique publiée en décembre, et la France est classée troisième pays le plus exposé.

Des projections inquiétantes, révélées par trois chercheurs de l'Institut national de géophysique et de volcanologie d'Italie, ainsi que de l'université néerlandaise de Radboud. L'étude, parue le 18 décembre 2023, a été résumée par le magazine Géo. Ce qu'on y apprend n'est pas très encourageant.

Affaissement accéléré des sols

La "subsidence" aggrave largement la montée des eaux partout dans le monde selon les scientifiques. Ce phénomène naturel d'affaissement des sols, conjugué à la hausse du niveau de la mer, menace les littoraux méditerranéens, et particulièrement la France.

Lent affaissement de la surface de la croûte terrestre sous l'effet d'une charge qui vient s'ajouter soit au-dessus de la croûte, soit à l'intérieur de celle-ci, soit au-dessous

Définition du phénomène de subsidence

Ce phénomène naturel est, en plus, accéléré par l'activité humaine et le changement climatique. Le puisement des ressources souterraines, le poids des constructions et la sécheresse des sols sont les trois facteurs aggravants pour la subsidence.

La France, l'Italie et l'Égypte en danger

La subsidence est donc, selon l'étude, un risque qui rend la montée des eaux de la Méditteranée "trois fois pires que prévu". Certaines zones présentent un risque élevé de submersion à l'horizon 2100/2150, il s'agit de la France (3 681 km² exposés), l'Italie (10 060 km² exposés) et l'Égypte (12 879 km² exposés).

Nos analyses montrent que dans certaines zones de la mer Méditerranée, le niveau de la mer augmente presque trois fois plus vite que dans les zones stables.

A. Vecchio, M. Anzidei et E. Serpelloni

Sea level rise projections up to 2150 in the northern Mediterranean coasts

Ces trois littoraux sont les plus concernés en raison de leurs zones côtières de faibles altitudes, et de la présence de trois gros deltas : celui du Rhône en France, du Pô en Italie et du Nil en Égypte.

Risque planétaire

Les risques liés à la subsidence ne concernent pas uniquement la Méditerrannée, loin de là. Tous les continents seraient touchés par le phénomène, aggravé par l'activité anthropique, et à des horizons bien plus proches dans le temps. Les scientifiques estiment que le phénomène pourrait toucher, d'ici 2040, 635 millions de personnes autour du monde, soit 19 % de la population.

L'étude complète est disponible ici.