• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Faculté de droit de Montpellier : Et maintenant ?

La faculté de droit de Montpellier va-t-elle rouvrir ses portes mardi comme prévu, une dizaine de jours après l'intervention d'hommes cagoulés dans un amphithéâtre pour déloger des étudiants opposés aux réformes du gouvernement ? / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP
La faculté de droit de Montpellier va-t-elle rouvrir ses portes mardi comme prévu, une dizaine de jours après l'intervention d'hommes cagoulés dans un amphithéâtre pour déloger des étudiants opposés aux réformes du gouvernement ? / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

La faculté de droit de Montpellier va-t-elle rouvrir ses portes mardi comme prévu, une dizaine de jours après l'intervention d'hommes cagoulés dans un amphithéâtre pour déloger des étudiants opposés aux réformes du gouvernement ?

Par Olivier Le Creurer

Le doyen de la faculté, Philippe Pétel, qui a démissionné après les incidents ayant vu des hommes cagoulés dans la nuit du 22 au 23 mars expulser violemment des étudiants grévistes d'un amphithéâtre de la faculté, a été mis en examen pour complicité d'intrusion et Jean-Luc Coronel a été mis en examen pour complicité d'intrusion et violences en récidive en raison d'une condamnation datant de 2013. Tous les deux ont été placés sous contrôle judiciaire.

Il y a d’autres personnes qui ont été reconnues formellement qui ne sont pas suspendues et on refuse de reprendre les cours tant que ces gens-là ne sont pas suspendus, pour notre propre sécurité tout simplement


Mais c'est insuffisant pour les manifestants. "Il y a d’autres personnes qui ont été reconnues formellement qui ne sont pas suspendues et on refuse de reprendre les cours tant que ces gens-là ne sont pas suspendus, pour notre propre sécurité tout simplement." expliquait Manon, étudiante à Sciences Po à la faculté de Montpellier, dans le cortège de la dernière manifestation vendredi

Mais le service de sécurité est celui qui a laissé rentrer le commando


Philippe Augé, le président de l'université a fixé la réouverture de la faculté à mardi, 3 avril. Les étudiants devront présenter leurs cartes d’étudiants à l’entrée des bâtiments. "Mais le service de sécurité est celui qui a laissé rentrer le commando," déplore Cécile, du comité de mobilisation. Le dit comité demande l'intervention du CHSCT pour décider si oui on non les conditions de sécurité sont bien optimales pour la réouverture de la faculté.

Rassemblement mardi à 7h30 avant une manifestation


Un rassemblement est organisé mardi, dès 7h30 devant la faculté de droit qui doit ouvrir ses portes à 8h. Il n'est pas a priori question de blocage. Une manifestation est ensuite programmée vers 11h avec le soutien de lycéens, direction la faculté des sciences avant de rejoindre les cheminots, à la gare, en début d'après-midi. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pyrénées-Orientales : les arbres de la discorde à Caudies de Fenouillèdes

Les + Lus

Les + Partagés