Hérault : la fermeture de la décharge de Castries repoussée, les habitants s'inquiètent et manifestent

Des manifestants du collectif intercommunal décharge de Castries se sont rassemblés devant la décharge de Castries pour protester contre la prolongation de 6 mois de son exploitation. / © T.Will
Des manifestants du collectif intercommunal décharge de Castries se sont rassemblés devant la décharge de Castries pour protester contre la prolongation de 6 mois de son exploitation. / © T.Will

L'Association Collectif Intercommunal Décharge de Castries, (ACIDC), inquiète de son impact sur l'environnement et la santé, a organisé, ce samedi 11 mai, une manifestation contre la prolongation pour 6 mois de l'exploitation de la décharge. Elle devait être fermée ce mois-ci en mai 2019. 

Par C.Alazet avec T.Will

Une cinquantaine de personnes est venue ce samedi 11 mai constater que, sans surprise, les déchets sont bien là : malgré les promesses, la décharge de Castries continuent de tourner à plein régime.

Et les habitants de rappeler tous les désagréments subis depuis des années.

Le pire, c'est quand il n'y a pas de vent du tout, l'odeur remplit tout alentour


L'association collectif intercommunal décharge Castries (ACIDC) s'inquiète aussi pour l'avenir.
Marie-Noëlle Sibieude, co-présidente de l'ACIDC, demande la fermeture de la décharge et un suivi attentif du site.

C'est un site sacrifié, les nappes phréatiques sont polluées, l'air est polluée, la faune et la flore sont sacrifiées (...) C'est une bombe à retardement ce site.

Depuis 7 ans que la carrière de pierre de Castries a été transformée en décharge à ciel ouvert, plus  de  900 000 tonnes d'ordure ont été entassées ici, essentiellement issues de la ville de  Montpellier.
 
 

D'après le collectif contre la décharge, sur plus de six hectares et des dizaines de mètres de haut, les déchets de la Métropole de Montpellier s'entassent, et pas seulement les déchets ultimes et inertes, comme initialement prévu.

L'usine de méthanisation pour le traitement des déchets de la métropole, Ametyst, devait en recycler une grande partie.

Mais d'après les habitants, la réalité serait bien différente.

On a à l'entrée d'Amétyst 110 000 tonnes de déchets et en sortie plus de 80% qui vont soit à la décharge soit à l'incinérateur, ça nous coûte beaucoup d'argent pour aucun résultats finalement.

L'association a essayé d'alerter les élus du territoire mais sans succès pour l'instant, comme l'explique Greg Solinas, co-président de l'ACIDC.

On a des discussions avec nos maires mais eux sont assez tenus par la Métropole (...) Les politiques nous écoutent très peu.

Et la décharge de Castries, qui devait fermer en ce mois de mai 2019, a vu son exploitation prolongée de 6 mois, jusqu'en novembre.

Le reportage de Thierry Will et Nicolas Chatail :

La manifestation de ce samedi 11 mai s'est terminée en musique.

Pas sûr que la prochaine campagne des municipales l'an prochain soit si conviviale.

A Castries, la gestion des déchets pourrait bien empoisonner les débats.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus