Hérault : des cartes postales contre la fermeture d'une classe à Baillargues

Dans quelques semaines, à la rentrée prochaine, l'école élémentaire Georges Brassens de Baillargues perdra une classe. Mobilisés pour la réouverture, les parents d'élèves ont décidé d'interpeller le rectorat en lui envoyant des cartes postales.

Mobilisation inédite des parents d'élèves de Baillargues par l'intermédiaire de la Poste.
Mobilisation inédite des parents d'élèves de Baillargues par l'intermédiaire de la Poste. © F3LR

Monsieur le Directeur, en septembre 2020 je serai élève à l'école élémentaire de Baillargues. Je profite de ces vacances pour vous écrire et vous demander de ne pas fermer une classe à la rentrée prochaine...Merci à vous !

Ce sont des cartes postales bien loin des clichés de vacances que le rectorat reçoit à Montpellier. Deux associations de parents d'élèves ont en effet décidé de monter au créneau contre la fermeture d'une classe à l'école élémentaire en postant ces cartes faites pour l'occasion et enrichies de slogans comme "Et la distanciation sociale, elle est où?" et "Ce n'est pas parce que ma maîtresse est une sirène que j'accepte d'être une sardine".

La peur des classes surchargées


16 classes au lieu de 17, cela veut forcément dire plus d'enfants par classe et les parents sont inquiets d'effectifs trop lourds qui nuiraient, on le sait, à la qualité de l'enseignement.

Quand les classes sont surchargées, les instits ont moins de temps à passer sur chaque élève. Je crains que ma fille perde un peu de capacité d'apprentissage...elle est très timide en plus donc ce serait encore plus compliqué pour elle.

Emiline Ruescas, présidente du groupement des parents d'élèves

Le paradoxe des classes plus remplies en pleine pandémie de coronavirus

A l'école élémentaire de Baillargues, le marquage au sol et l'espace entre deux élèves est soigneusement préparé pour la rentrée. Problème, si l'on rajoute des enfants aux salles de classes actuelles, la distanciation physique pronée par les instances sanitaires sera bien difficile à respecter, même si la mairie de Baillargues a tenté d'anticiper la rentrée 2020.
 

On a investi dans de nombreuses tables uniques, pour permettre de séparer mieux les élèves mais on ne pourra pas pousser les murs, d'où la difficulté de respecter la distanciation.

Olivier Tapie, conseiller municipal à la vie scolaire de Baillargues

Pour limiter la pandémie, l'école élémentaire de Baillargues a prévu de supprimer une place sur deux.
Pour limiter la pandémie, l'école élémentaire de Baillargues a prévu de supprimer une place sur deux. © F3LR

Une problématique qui ne semble pas prête de se résoudre : les derniers chiffres de l'Agence régionale de santé annoncent une augmentation des cas de coronavirus de près de 50% en une semaine sur la région Occitanie.

Le rectorat infléxible

Du côté du rectorat, il semble que les cartes postales n'aient pas infléchi la politique comptable d'économies de classes.
Le thème des sardines, en vogue depuis quelques années pour évoquer les classes surchargées.
Le thème des sardines, en vogue depuis quelques années pour évoquer les classes surchargées. © F3LR
La responsabilité de la sécurité des enfants (et de l'ensemble des administrés de la commune) face au coronavirus incombe au maire. La direction accadémique des services de l'Education nationale de l'Hérault, destinataire des cartes postales de Baillargues, est chargée de gérer la répartition globale des enseignants sur le département.

La mobilisation des parents est louable. Simplement ils ont un regard sur leur école et moi j'ai un regard sur le département.

Christophe Mauny, directeur académique des services de l'Education nationale Hérault

Le Directeur académique l'assure : chaque classe gagnera un ou deux élèves mais aucune ne dépassera les 30 au total...pas sûr que ça rassure les parents d'élèves!



 Le reportage à Baillargues de Laurie Colinet et Marie-Lou Robert 
durée de la vidéo: 02 min 05
Des cartes postales contre la suppression d'une classe à Baillargues ©F3LR





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société rentrée scolaire insolite