Dans l’Hérault, la lutte contre la cabanisation se poursuit

Publié le Mis à jour le
Écrit par RD (avec AFP)

"Plusieurs milliers" de constructions dans le département de l'Hérault relèveraient de la cabanisation. Autrement dit, ces constructions sont totalement illégales, car non autorisées. La préfecture et la Direction départementale des territoires et de la mer luttent pour endiguer le phénomène.

La "cabanisation", c’est ainsi qu’on appelle l’installation d’un habitat permanent ou provisoire sans autorisation, et donc illégal, sur une zone inconstructible naturelle ou agricole.

L’habitat en question concerne aussi bien des villas bâties par des opportunistes plutôt aisés que des mobil-homes ou cabanes abritant des gens du voyage ou des personnes en situation précaire.

Dans l’Hérault, le phénomène est important, mais la lutte contre celui-ci a "des résultats significatifs", a assuré le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel lors d’une conférence de presse ce vendredi 20 octobre.



Encore du travail à faire dans l'arrière-pays


"L’action est continue, progressive", a expliqué Pierre Denier, avocat général auprès de la Cour d’appel de Montpellier, pointant du doigt une hausse des poursuites, des remises en état et des régularisations.

Selon les statistiques 2012-2017, 574 condamnations ont été prononcées par les juridictions. 126 ont donné lieu à des amendes, 448 à des amendes assorties de remise en état dans le délai imparti et sous astreinte par jour de retard. Dans ce dernier cas, la remise en état reste en attente d’exécution pour 151 dossiers, soit 35% des affaires.

Pour Matthieu Grégory, chef de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), la situation a été stabilisée sur le littoral : "Nous devons maintenant agir dans l’arrière-pays", souligne-t-il. D’après la DDTM, le nombre de constructions légères ou en dure relevant de la cabanisation s’élèverait à "plusieurs milliers".